Accueil

L' ECONOMIE EN AMERIQUE LATINE

En AMERIQUE LATINE

L'AMERIQUE LATINE en FRANCE

 
Un peu d'histoire économique ...
Après une période de croissance de 6 % en moyenne dans les années 1970, l'Amérique latine a connu une crise économique très grave. Cette crise est imputable, en partie, au poids de la dette extérieure contractée dans les années 70, quand l'accès facile au crédit international allait de pair avec un boom des exportations et un taux d'intérêt relativement bas. La récession internationale du début des années 80, ainsi que la réduction des importations des pays industrialisés et la hausse des taux d'intérêt, a changé complètement les données.
Premier sur la liste, le Mexique se déclare en état de cessation de paiements en 1982. Bientôt, tous les pays d'Amérique latine doivent recourir au refinancement auprès du FMI (fonds monétaire international) pour pouvoir payer les intérêts de la dette. Certains pays, comme l'Argentine et le Pérou en 1985, où le Brésil en 1986, tentent de mettre en oeuvre des plans de stabilisation non conformes aux recommandations du FMI (gel des prix et des salaires), mais la réussite n'est pas atteinte. L'inflation atteint par mois : 100 % Brésil, et 200 % au Pérou et en Argentine.
Au début des années 90, ces échecs ont conduit les gouvernements à mettre en place des plans d'ajustement dont les axes principaux sont la libération des prix, une forte dévaluation de la monnaie, la réduction du déficit budgétaire et une importante diminution de la demande intérieure. Bien sûr, les effets de ces décisions sont dramatiques sur le plan social (récession, chômage …).
La mise en place de ces plans d'ajustement aura permis au Brésil, à l'Argentine et au Pérou d'équilibrer et de réinsérer les économies de la région dans le concert international.
 
 #

 
 #

L'investissement étranger en Amérique latine au plus bas depuis 2010

Les investissements étrangers directs en Amérique latine ont chuté en 2015 à leur plus bas niveau en cinq ans, sous le double effet de la crise au Brésil et d'un moindre intérêt pour les mines et hydrocarbures, a annoncé mercredi une commission de l'ONU.
www.romandie.com/news

 

 

 
 
 

Google+

Facebook