Accueil

BUENOS AIRES

Un européen n'éprouve en débarquant à Buenos Aires aucune sensation de dépaysement ou d'exotisme, tout juste le sentiment de se trouver dans une ville rétro, comme arrêtée dans les années cinquante ou soixante. Dans certains quartiers ont pourrait se croire dans une ville européenne. L'illusion est presque parfaite si l'on demeure dans le centre, elle disparaît, si on se donne la peine de voir, à une demi-heure du centre, les immenses villas miserias, bidonvilles de centaines de milliers de déracinés attirés par l'espoir d'une vie meilleure, où la pauvreté rappelle que l'on est en Amérique latine. Le meilleur endroit pour évaluer l'anatomie de l'immense capitale est le sommet de l'hôtel Sheraton ou celui de l'immeuble Kavanagh.

La Plaza de Mayo est l'âme de la cité, et même de l'Argentine, car elle a vu se dérouler les principaux événements de son histoire. La Casa Rocade, siége de la présidence de la république, occupe la face est de la Plazza de Mayo. Avec un peu de chance, chaque soir à 7 heures, on peut assister à la relève de la garde. La place est bordée d'édifices importants des fastes années 20-30. Au Nord-Est de la place, la cathédrale, à la façade sobre abrite le mausolée du Général San Martin, le grand homme, symbole de l'indépendance. A l'ouest de la place, le vieux Cabildo (ancien Hôtel de ville), belle bâtisse de la fin du 18 éme siècle a conservé dans sa partie la plus ancienne, transformée en musée, le cadre où se déroulèrent les événements historiques qui marquèrent les étapes de l'indépendance.

L' Avenida de Mayo, rappelle par la largeur de ces trottoirs, les terrasses animées des cafés et l'aspect des bâtiments qui la bordent, les boulevards de Madrid plus que de Paris. Mais elle semble figée dans le temps. Elle qui monopolisa avant la seconde guerre mondiale une bonne part de l'animation nocturne si intense dont Buenos Aires à le secret. Sur la vaste et très belle Plaza du Congreso s'élève le Palais du Congrès National. Le soir, les cinémas, les théâtres et les cafés donnent à la Plaza du Congreso une animation tard prolongée. L'avenue Corrientes est chaque soir la plus animée de Buenos Aires. Les théâtres, les cinémas, les librairies et les cafés entretiennent une vie nocturne unique dans la capitale. L'avenue de Santa Fe est celle des magasins et des galeries marchandes, l'un des hauts lieux de consommation. La Calle Florida, rue piétonne de toutes les tentations pour les amateurs de beaux objets, vêtements des meilleurs couturiers. Mais c'est aussi un lieu animé en permanence, surtout le soir, avec ses groupes de musique folklorique du Nord ou de la Bolivie ou ses joueurs de tango.

La Recolata est devenu l'un des hauts lieux de l'animation de Buenos Aires et le carrefour de toutes les classes sociales. Mais il y a Recolata et Recolata. L'aristocratie et la bourgeoisie entendent cafés et restaurants chics, se faire voir dans ses plus beaux atours et prendre le soleil tout en gardant un oeil sur leurs charmants bambins. Mais le Recolata c'est aussi, jouxtant l'église baroque de El Pilar et le célèbre cimetière (qui vaut à lui seule une visite) le Centre Culturel Municipal où se succèdent, toute l'année, les expositions les plus diverses et draine un public considérable assez différent de celui qui fréquente les restaurants chics situés de l'autre côté de la place. Le dimanche et les jours fériés s'installe le marché d'artisanat qui regroupe des dizaines d'artisans venus exposer et vendre : bijoux, vêtements, sculptures. Tout près, les clowns, les marionnettistes, parfois des orchestres, concourent à créer l'animation.

Le Parque Palermo qui s'étend sur environ 500 hectares, est le plus bel espace vert de la capitale argentine. A Buenos Aires, il n'y avait pas d'arbres. Tout fut planté et disposé par les hommes, on y creusa un lac, on y construit un splendide hippodrome, des terrains de polo et de golf et le parc zoologique. Tôt le matin les joogeurs, les cyclistes ou autres cavaliers profitent du calme, ensuite viennent les promeneurs. Le dimanche il devient un lieu de rencontre familiale, de pique-nique et de loisirs.

Le quartier de San Telmo était le quartier chic du 19 éme siècle, il est devenu maintenant un quartier de classe moyenne. La réputation de San Telmo vient d'abord de la grande concentration de boutiques d'antiquaires. La brocante du dimanche est une ambiance de marché aux puces où l'animation est aussi dans la rue avec ses orchestres improvisés de tango, ses chanteurs et ses clowns. La nuit, l'animation se déplace vers les boîtes à tango du bas quartier.

La Boca est le quartier qui a peut être le mieux symbolisé le creuset où s'est formé, au début du 20 éme siècle, le prolétariat de Buenos Aires. La Boca est l'un des quartiers les plus visités de Buenos Aires. La Boca, c'est d'abord le Caminito, cette rue, aujourd'hui piétonne, bordée de maisons aux façades de tôle ondulée, peintes de couleurs vives, et de fresques. C'est aussi le quartier où peintres et sculpteurs ont installé leur atelier et où il règne une certaine bohème. Le soir, les quelques rues qui s'animent autour des boîtes à marins, boîtes à tango, restaurants italiens attirent une foule cosmopolite.

 


Photos de Buenos Aires 
Vidéos de Buenos Aires

 

Carte de Buenos Aires
 

Préparez votre voyage à Buenos Aires:

 

BUENOS AIRES ... A SAVOIR

Déjeuner ou diner en ville est l’un des passe-temps favoris des habitants de Buenos Aires. Les restaurants sont des lieux de convivialité où l’on se montre et où l’on partage une bouteille de vin rouge jusqu’au bout de la nuit. A buenos Aires, le quartier de la Recoleta offre les meilleures tables mais aussi les plus chères. C’est à Costanera norte, au bord même du rio de La Plata, que l’on trouve les carritos, célèbres pour leurs grillades de bœuf (asados criollos).

 #

 
 #

 
 #

 
 #

 
 #

 
 #

PICCOLA ITALIA un petit coin d’Italie à Buenos Aires

Les descendants des immigrés italiens en Argentine manifestent leur attachement à l'Italie par différentes manifestation. Le quartier de "Piccola Italia" propose au mois de septembre le festival "Al Dente!" pour marquer le 'Jour de 'l'italiénité' en Argentine.
https://fr.globalvoices.org/2016/04/28/197299/

 
 #

 Carlos Thays, le paysagiste français qui a dessiné Buenos Aires

Charles Thays, français naturalisé argentin a laissé un héritage colossal à Buenos Aires et dans toute l’Argentine.
On entend fréquemment des analogies associant la capitale argentine à Paris. De fait, dans les beaux quartiers de Buenos aires, de nombreux édifices construits au début du XXe siècle se sont inspirés de ce qui faisait la tendance de l’époque, soit l’architecture haussmannienne parisienne. 
Mais le « Paris de l’Amérique du Sud » doit également son surnom à l’héritage laissé par le paysagiste français Carlos Thays à Buenos Aires au début du XXe siècle.
Lire la suite sur : argentina-excepcion.com
 

Facebook