AMERIQUE LATINE - index    

Forum abc-latina

Discussions sur l' Amérique Latine

Vous n'êtes pas identifié.

  • |

#26 2013-01-14 04:05:31

Indysantista
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

D'après les vidéo, daylymotion... tous passent dans les deux sens tranquilles.

Hors ligne

#27 2013-01-14 05:22:38

expression
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Je vous crois Muito Bom, je répondais sur le fait que c'est pas mal surveillé à cause de ressortissants de la bas, à cause du midle east....

Hors ligne

#28 2013-01-14 18:26:52

Indysantista
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

???? Des fics en civil ?? kkk pour pas les voir....

Hors ligne

#29 2013-01-21 22:31:18

expression
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Arrivé aujourd'hui de Natal, je regrette presque mon trip au nordeste, vraiment je m'attendais pas à autant de nullité dans tout, paysages, gens comme le reste.
Je pense donc que seul Fernando De Noronha doit au contraire dépassé toutes les attentes.
Je vais étudier ce voyage à l'avance.

Je pense prendre ce fameux bus de SP , mais je m'arreterai a Foztraverserai le pont pour  ciudade del este, histoire de connaitre et de pouvoir se faire ma propre idée
Ensuite acheter en Guarani le billet pour Asuncion.

Hors ligne

#30 2013-01-22 01:13:59

Indysantista
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Pour qui a voyagé et vu.... le Nordeste est pauvre, toujours semblable en plus ou moins arride. Les gens ? sauf les exceptions qui redore le blason, rien... on te taxe des clopes, 1 real pour ... ?
Sauf quelques coins vraiment ciblés, pas la grande extase pour moi. Je préfère les petites plages sauvages du côté d'Ibatuba.
Un peu comme le grand sud... ou la pampa argentine... 3000 km plat, grisâtre en hiver... mieux vaut Salta et ce nord ou les Andes au sud.

Mais chacun son émerveillement en fonction des son historique.

Hors ligne

#31 2013-01-22 01:21:28

Indysantista
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Foz vaut le coup. Perdre un jour pour le fleuve en amont, le barrage, la nature.
Une nuit peinarde de bus depuis SP.
J'aime voir depuis un bus. S'arrêter et prendre le suivant. En zinc, même en parachute... pas évident.
Je n'ai pas fait la pertie argentine des monastères. Des agences font payer en or pour cette semaine seulement !  et j'irais ainsi à Asuncion.

Hors ligne

#32 2013-01-24 11:27:33

expression
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

J arrive a l instant a foz.par le bus de 18h30 y a la queue pour arriver au pontet donc de la frontiere Je vais a Asuncion, mon petit internet embarqué ne va pas me permettre de tout lire. A bientot de vous lire. Je posterai mes impressions. Ah ca y est on descend du bus

Hors ligne

#33 2013-01-25 01:30:32

expression
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Donc bonne balade en bus depuis sampa qui ne s'arrete qu a la frontiere, impressionnant, les formalites c est carimbo bresil suivie apres le pont du meme processus redescendre du bus et file et carimbo paraguay, mais i le mec decide de rester dans le bus avec les bresiliens qui eux n ont pas besoins de ca, je confirme il passe comme il veut de l autre coté. Bon grosse chaleur ca grouille a ciudad de leste, on vour les shopping du style st efigenia et 25de mars a SP. On s areete au terminal rodoviaria de ciudad de leste et puis c'est direct pour Asuncion, avec quelques arrets pour ceux qui descendent avant la capitale. Donc ville en faux plat qui va vers la riviere frontiere avec l argentine. Le microcentre tres sympa permet aussi de prendre un verre et de manger dans des endroits frequentés par l élite on va dire d ici, pour ceux qui ont un confort obligatoire a suivre ou plutot par peur du grand mechant lous, assaltante je vous rassure les gens ici sont accueillants et la violence n y est pas du tout comme au bresil, tout au plus quelques pickpockets nada mas. Le plus important j y arrive, les gens sont d un gentil, ouvert et leur premiere carcteristique est l humilite, tres grande humilite, peuple soudé, travailleur, par cette chaleur les choses se passent meme si pour la plupart de banques ferment a 11h30, ca bosse et tout le monde est content. C est un peu pauvre mais le pays. Toujours souffert, des ses voisins qui leur piquait tout et leur terrem puisque originalement, le paraguay etait aussi grand que la bolivie auparavant...et. Le cote tranquille d asuncion est celui que chacun devra analyser s il desire y vivre, trop tranquille pas assez ca depend de gens. Deuxieme point tres fort l alimentation, c est. Extra pas de riz et pas de feijao, les viandes ont delicieuses les legumes salades gouteuses aini que les fruits et moins cher qu au bresil pays des gens fiers voirs encore plus fiers c est a dire carioca, donc le paraguay rapport qualite prix bravo. La santé u sol rouge et vert, et comme disit muito beucoup d arbres, vriment une nature tres riche. Pas de black ici, et c est vrai beucoup de blonds et blondes et tres belles brunes, beaucoup moins de femmes obeses qu au bresil, et donc aussi moi de gens laids. Les indiens on les voit plus en banlieue ou en province, et c sont de sacres deconneurs ces gens la, toujours le mot pour. Rire, franchement ils gagnent a etre conhu. Le casino a l hotel guarani est tout petit un plus grand appelé sul espanha en banlieue est plus grand et plus variés de vris tables. 1 real se change 1950 pyg. Ca va

Hors ligne

#34 2013-01-25 11:12:35

Jaganda
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

À propos le Paraguay convient il pour s'y installer ? Interrogation de expression
En dehors du coût de la vie , un francais vivant la bas à laissé un post intéressant
Sur un autre forum
Il s 'agit de ( nickname JCamericasur )


Sans sortir du sujet, dans toutes les discussions qui parlent d'expatriation il y a un point qui n'est jamais abordé et qui est celui de la « solitude culturelle »
sur ce plan tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne. Je n'ai pas honte de dire que si c'était à refaire, j'irais carrément m'installer ailleurs.
Quand on veut voir le niveau culturel d'un pays, rien de mieux que de regarder une bonne émission télévisée de divertissement, c'est extrêmement révélateur.
Au Paraguay nous en avons une sacrément gratinée. Ça s'appelle "danse avec moi Paraguay". À l'origine c'est une émission mexicaine qui s'est exportée un peu dans tous les pays d'Amérique du Sud, avec les droits de diffusion correspondants. Elle existe aussi en Argentine où elle s'appelle « danse avec moi Argentine » évidemment !
C'est une émission qui est faite pour les intellectuels, je m'explique : un troupeau de top models locaux dansent chacune avec un danseur professionnel. Elles sont notées par un jury et éliminées tour à tour, comme dans tous les concours, avec les repêchages du public. Eh bien si tu voyais la différence entre l'émission paraguayenne et l'émission argentine, on comprend tout en 10 secondes. Autant les Argentines sont fines avec une certaine classe quand elles parlent, autant les Paraguayennes apparaissent comme un troupeau de poufs vulgaires à souhait, qui s'accrochent au micro à deuxOI mains et qui ne veulent pas le lâcher . Dans le jury lui aussi on retrouve ces différences, jusque dans le professionnalisme des cameramen, à voir la façon dont la caméra ondule dans tous les sens, il est aisé de comprendre qu'ils n'ont jamais fait la moindre étude de prise de vues

Au Paraguay et dans d'autres pays d'Amérique du Sud, dans tous les domaines de la vie économique, ce n'est pas la capacité qui fait la fonction, mais c'est le titre qui fait la capacité.
Mais ici, nous parlons de l'élite hélas ! Car il y a tous les autres, ceux qu'on croise au quotidien, avec lesquels on travaille, avec lesquels on doit dialoguer pour régler les mille et un problèmes de la vie du quotidien.

Quand on s'expatrie, on oublie toujours de se poser la question à savoir si notre niveau culturel (sans supériorité aucune) peut s'exporter et s'intégrer dans le pays d'accueil. Nous, pays européens, avons un passé culturel énorme que de nombreux pays nous envient. Ce poids culturel, nous ne le remarquons même pas quand nous sommes dans nos pays d'origine, mais dès que nous venons nous installer dans un pays qui n'a pas de passé (le Paraguay vient de fêter ses 200 ans) nous sommes complètement déroutés.

Aussi, il faut bien aborder le problème de l'analphabétisme fonctionnel de l'Amérique latine, car là aussi tous les pays ne sont pas non plus logés à la même enseigne. Tout le monde sait ce qu'est l'analphabétisme, mais peut-être pas ce qu'est l'analphabétisme fonctionnel : disons simplement que ce sont des gens qui sont allés à l'école, mais qui ne savent pas suffisamment lire, écrire et compter pour pouvoir assumer pleinement leur quotidien dans leur vie privée, leur travail, et dans leur vie sociale. Après, les causes sont multiples, mais proviennent en majorité d'échec scolaire ou d'abandon d'école prématurément. Avant de venir m'installer ici je n'avais aucune idée de l'ampleur de la l'analphabétisme fonctionnel en Amérique du Sud. Imagine que 50 % de la population d'Amérique latine, soit 90 millions de personnes, n'ont pas dépassé l'école primaire ! Et là aussi, ils sont beaucoup plus nombreux dans des pays comme le Paraguay, la Bolivie, le Brésil, le Pérou que dans des pays comme Cuba (0%), le Chili, l'Argentine et la Colombie. Ça veut dire en clair que lorsqu'on s'expatrie au Paraguay en Bolivie, on accepte de vivre au quotidien avec des gens qui de 75 à 80%, n'ont pas dépassé l'école primaire, dénués de toute curiosité intellectuelle et qui s'en foutent royalement de surcroît... Hallucinant, mais pourtant bien réel, je vis dedans !

Pour nous les expatriés, au quotidien et sur le terrain, concrètement ça se traduit comment ? Eh bien c'est simple, par une forme de souffrance, je l'avoue sans gêne. Même lorsqu'on rencontre des gens qu'on pense intéressants et qu'on a l'impression qu'on pourrait s'en faire des amis pour communiquer, pour échanger, on s'aperçoit très vite de l'océan culturel qui nous sépare. Les centres d'intérêt ne sont pas les mêmes, ils sont souvent extrêmement limités alors qu'au premier abord on a l'impression d'avoir affaire à quelqu'un d'évolué et capable de sortir du schéma « football, femme Bimbo, plaisanterie et bouffe bien grasses » il suffit d'une remarque ou d'une parole pour que le masque tombe. Alors on a tendance à se replier sur soi-même, sans réelle envie de sortir, sinon pour voir qui ? Pour parler de quoi ? Pour faire quoi ? Je suis souvent invité par le gratin d'Asuncion, ceux qui ont réussi et qui se permettent de traiter leurs compatriotes comme des chiens, tout simplement parce qu'ils ont réussi dans la vie et qu'ils ont de l'argent. Ils les écrasent, ils les humilient pour se faire mousser devant leur famille béate d'admiration.
Je vis donc leurs invitations comme un cauchemar, et je les décline, ça ne parle que d'argent, que de bagnole, que de choses qui ne m'intéressent pas et ils parlent entre eux à moitié espagnol et moitié guarani, histoire de me simplifier les choses.

Et pourtant, comme je le dis souvent ils sont attachants ces Guaranis, avec leur fatalisme et leur mélancolie chroniques. Mais à moins d'avoir une aptitude particulière pour la vie en autarcie, pour quelqu'un qui comme moi aime blaguer, discuter un peu de tout, j'ai parfois l'impression de m'être fondamentalement trompé et m'être enfermé tout seul dans une prison dorée, aveuglé par le soleil des tropiques, les cocotiers et les bananiers...

C'est cela que j'appelle la solitude culturelle. Je connais bien, c'est ma compagne au quotidien... et pourtant je n'ai vraiment pas l'impression de faire partie de l'élite française...
Voilà, pense à tout ça, j'ai essayé de te faire passer un message >> tout le monde rêve de l'ile déserte de Robinson, mais tout le monde n'est pas apte à affronter une certaine forme de solitude, et même en famille tu n'y échapperas pas à terme.
Tu voulais avoir toutes les billes avant de partir, j'en rajoute une à ta collection, que tu n'avais peut-être pas prévue ?
Je crois au moment, et si y'a pas l'moment à c'moment-là, faut arriver à c'moment là, au moment qu'on veut !
(Pensée de Jean-Claude Van Damme)

Dernière modification par Jaganda (2013-01-25 11:16:44)

Hors ligne

#35 2013-01-25 12:56:33

nico.mollet
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Ce récit sur le Paraguay vaut pour tout pays d'Amérique Latine je pense. A des proportions différentes sans doute selon les pays.

Solitude culturelle ici aussi au Brésil.
La culturelle s'arrête là où les concursos les a amenés. Apprendre plus est une perte de temps.

Je reste particulièrement choqué par certains brésiliens qui me sortent "Ah mais à quoi ça va me servir de savoir ça, j'en ai pas besoin".

Hors ligne

#36 2013-01-25 13:19:13

axiom
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Intéressant , bien qu'on trouve qques personnes bien ou très cultives a sampa,
d'après ce que j'ai entendu du Chili oui, le niveau est >
mais Colombie j'ai un doute ?? Qqu'un pour confirmer .

Hors ligne

#37 2013-01-25 13:23:17

orangeazul
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Très intéressant ce texte. C'est sûr que chacun aura sa propre expérience de son expatriation, car tous ne sont pas pareils, tous  n'ont pas le même niveau culturel ou socio-economique, et n'ont pas non plus les même objectifs. C'est à prendre en compte pour paufiner l'analyse.

A propos des émissions télé pour le divertissement: c'est vrai que ça montre le niveau, mais c'est le niveau de cette couche sociale qui se soumet à cela. Et c'est tjs afligeant, et même en Europe (France, Italie, etc)

Un point que je trouve important c'est la relation à l'argent et aux richesses. Même si en Europe il existe aussi le phenomène du nouveau-riche, c'est évident qu'on le vera plus facilement dans le "nouveau monde" où toute sorte d'émergent veut se faire remarquer. C'est naïf et violent à la fois. Et ça dérange.

Qqun a dit dans un post assez récent qu'on ne s'intègre pas  à un pays mais à une ou des  couches sociales, et je suis assez d'accord avec cela. Nous vivons à la petite échelle dans notre quotidien et nos rapports sociaux sont assez restreints.

Mes 25 ans en France n'ont pas tjs été faciles, loin de là. La coexistence avec l'autre est à construir ou ignorer, selon la situation. Et c'est seulement à l'intérieur d'une couche sociale qu'on va pouvoir se faire comprendre et developper des liens d'amitié. En dehors de ça, on aura des connaisances avec lesquelles on echangera des mots brèves mais courtois, si c'est dans notre tempérament la courtoisie.

C'est un vaste sujet qui depasse de bcp ces qques lignes.

Hors ligne

#38 2013-01-25 13:26:17

expression
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Au paraguay comme en argentine et uruguay le niveu culturel est d un tres bon niveau, tous savent ou se trouvent la plupart des pays du monde, au bresil il ne connaissent meme pas leurs villes pou rla plupart depuis qu ils y sont nés et n'en ont rien. faire, ce sont des gens imbus de leur personne comme tu le fais remarquer Nico. Le Carioca omme je disais deja plus haut lui se la pète plu encore que les autres, vu que c'est les plus gros nuls, ils compensent par leurs airs supérieur.

Hors ligne

#39 2013-01-25 14:07:20

richard
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Jaganda je te remercie pour ton post. Il a du sens et fait echo en moi tant il est vrai qu'au Brésil les chose ne sont pas   différente.
Mon adaptation a cette réalité est passé par l’acceptation de ce fait.
L'adaptation aussi a l'endroit où je me trouve. De faite, si c'est un endroit populaire ne pas m'attendre  a de grand échange. Bien que parfois j'y fait de belle rencontres . Ce sont souvent des professeurs d'école qui ont une grande culture général ou ont un intérêt sur un sujet en particulier et m'en apprenne beaucoup.

Tout comme toi je fuis  les élites puante !

J'aime bien par contre fréquenter les bar et restaurant prêt des d'université ou le vendredi les étudiants et professeur vont prendre un verre.
Malheureusement même là ont perçoit qui est le fils ou la fille à papa et qui est l'étudiant(e) de milieu modeste qui a reçut une bourse et que les autres traitent avec une certaine condescendance.

Je pense qu'il faut éviter le replis sur soi.  se forcer à sortir de chez soi et trouver sur le chemin les endroits et les gens qui nous conviennent !

Etre d'une autre culture fait que cela prend plus de temps.

Hors ligne

#40 2013-01-25 15:00:04

nico.mollet
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

richard a écrit :

Je pense qu'il faut éviter le replis sur soi.  se forcer à sortir de chez soi et trouver sur le chemin les endroits et les gens qui nous conviennent !

Et les gens qui nous conviennent sont ceux qui sont le plus proche de la culture européenne.

Je trouve ça dommage, je me le reproche à moi même aussi, d'avoir fait 10000km pour finalement se rapprocher de ses semblables.

Hors ligne

#41 2013-01-25 15:30:52

"Rom in rio"
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

@ Axiom:

Les colombiens sont incroyables, j ai vecu a Medellin et santa marta un moment, c est un peuple tres riche culturellement.

Si je devais quitter le bresil, je retournerai probablement en Colombie. J aime  bcp le bresil, mais le petit plus de la colombie, c est qu ils ont bcp souffert de leur mauvaise reputation (drogue, violence), et je crois qu ils font tout pour demontrer le contraire.

Pour faire simple, le colombien a les qualités du bresilien, mais a plus de morale, et est par contre plus traditionnel.

Abs

Hors ligne

#42 2013-01-25 15:35:56

richard
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Peut être au début nico.mollet. Mais il me semble que plus tu as la capacité d'assimiler la culture de ton pays d’expatriation. Plus tu auras de facilité à rencontrer des gens du cru.
Maintenant dépendant d’où tu viens et ou tu vis, cela peux prendre du temps beaucoup de temps.
Il peux aussi arriver que même si on aime bien l'endroit on ne soit pas "compatible"  culturellement .
Et là il faut regarder les choses en face et en tirer les conclusions.
C'est par exemple ce que j'ai vécut à Salvador ...et après un déménagement  356 km plus loin ( un saut de puce à l'échelle du Brésil) Aracaju/Sergipe j'ai trouvé une culture régional plus compatible.

Dernière modification par richard (2013-01-25 19:39:20)

Hors ligne

#43 2013-01-27 08:32:47

MUITOBON
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Le texte poste par Jaganda, dont la discretion n’a d’egale que sa pertinence, (Jag si tu nous regarde…bises a Forta), couvre bien le ressenti d’isolement culturel  des expatries europeens dans les Pays d’Amerique du Sud, et d’une facon generale dans bien d’autres pays.

Un petit complement sur ce que « j’ai vu »

Sur le plan des differences de developpement culturel, de « mentalite locale », de valeurs psycho-sociales, tout comme de developpement economique entre des pays voisins, comme toujours on decele  dans l’histoire, si toutefois on s’y interesse, les raisons qui les distinguent. Et en particulier dans les guerres et dans leurs sequelles.

Je ne suis reste que 3 semaines a Asuncion, et n’ai eu que quelques rares contacts dignes d’interet concernant  la capacite de mes interlocuteurs a donner des indicateurs sur ces points. Donc ce qui suit est a prendre avec prudence, mais est neammoins interessant.

Les guerres desatreuses de la fin du 18eme avec le Bresil, l’Argentine et l’Uruguay,  puis celle du debut 20 eme avec la Colombie, ainsi que les dictatures qui suivirent, sont toujours dans les esprits plus ou moins confusemment, et ont apparemment laisse des marques extremement profondes, plus qu’ailleurs dans la zone sans doute. Saignees epouvantables dans la population masculine en particulier, destruction des moyens economiques, retrait des capitaux…entrainant dans le peuple un sentiment d’ecrasement, de destrucion fatale, de quasi-aneantissement…voire de genocide.

L’aspect de gentillesse, de fatalisme des Paraguayens, d’absence apparente de ce nationalisme enfantin voire ridicule ressenti dans d’autres pays pauvres, vient sans doute de ce sentiment plus ou moins inconscient d’etre de grands perdants, de grands vaincus, de mis-a terre, voire d’extermines  vis-à-vis des voisins. Et de plus, vis a vis d’une classe sociale descendant des conquistadors, plus ou moins refugiee hors-pays pendant ces guerres, et etant revenue pour s’emparer du pays suite a ces defaites… Scenario tres largement repandu dans l’histoire du monde.

De plus, l’observation  permet de constater que les efforts des autorites gouvernantes ne semblent pas etre diriges vers l'entretien d’un sentiment national.  Ainsi qu’on peut le constater au Bresil par exemple dans beaucoup de medias, publicites ou par l’intermediaire de certaines celebrites people, hurlant en permanence comme on le sait des « BRASIOU » (phonetique) sur beaucoup d'ondes et dans tous les concerts. Au Paraguay…je n’ai pas vu ca. Ni jamais entendu dire « c’est le plus beau pays du monde »… « on a les filles les plus belles »…ou d’autres appreciations indiscutables de ce type...

Toujours au sujet du Bresil, a ce que m’a relate la dona de l’hotel ou j’ai sejourne et qui parlait fort bien le portuguais, les bresiliens  ne sont pas tres bien percus : pedants, exigeants, critiques…s’arrangeant souvent pour tenter de ne pas payer quelques chose… Bien entendu de nombreux autres avis seraient necessaires pour en deduire que c’est une perception generale de la part des paraguayens vis a vis des touristes bresiliens. Ces derniers etant nombreux en particulier pour des achats moins chers qu’au Bresil, et pour l’existence de casinos de jeux. Faut-il  egalement voir dans ces perceptions negatives des restes historiques de souffrance et de haine ? On peut le supposer.

Donc ce peuple paraguayen bien que souriant, serviable et « gentil » dans l’approche, modeste dans le contact, semble manquer de vibration, retenu sur lui-meme, et donne l’impression d’un renoncement. Terreau bien entendu hautement favorable aux nantis, et vraisemblablement largement incultes en profondeur, pour conserver le pouvoir.

Sans risquer de beaucoup se tromper le recours comme de partout sera donc l’ecole. L’acces a la culture, aux vraies valeurs morales non biaisees par exces de  diarrhee « bien pensante », l’eloignement de Jesus, les progres de la justice republicaine, l’emergence d’intellectuels…bref un rejeton du Siecle des Lumieres de l'Europe sera la aussi indispensable. Je ne pouvais evidemment pas eviter cette deduction.

Mais ce siecle le permettra-t-il ?

En attendant comme déjà dit, et de facon beaucoup plus epicurienne, la cuisine est bien pratiquable, on trouve des petits restos comme des internationnaux, les boutiques de tous ordres sont nombreuses, les shoppings sont bien garnis, les bars-mode bien frequentes, et parmi les filles nombreuses les belles ne sont pas rares.

Toutes choses pouvant eventuellement favoriser des etudes studieuses pour d'aucuns interesses par l'approfondissement de la societe paraguayenne


« Apres l’effet, on croit a d’autres causes qu’avant l’effet »    NIETZSCHE

Dernière modification par MUITOBON (2013-01-27 12:12:45)

Hors ligne

#44 2013-01-27 09:13:56

axiom
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

@ romain

merci pour ton resenti , reste combien de temps en colombie ? que les colombiens fassent des efforts, je veut bien le croire , mais est ce suffisent pour ratraper un gap ?
Que veut tu dire par plus traditionel ?

Je vais faire un copier coller ds la rubrique Colombie du forum pour plus de développements ..

Dernière modification par axiom (2013-01-27 09:20:19)

Hors ligne

#45 2013-01-27 09:18:19

axiom
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

@ muito

Sans ralumer le feu wink serait intéressant d'alimenter ce qu'explique jag sur la solitude culturelle perçue également en Asie ( philps, thaï )

Hors ligne

#46 2013-01-27 10:48:32

MUITOBON
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Je me suis deja exprime sur ce plan, mais ci-dessous quelques banalites.

D'autant banales que le texte colle par Jag est tres bien fait. Il resume d’apres moi ce ressenti , ou qu’un Occidental et plus particulierement un europeen sejourne dans un pays a l’ « Indice de Developpement Humain » bas…pour reprendre la terminologie de l’ONU.

En fait, ce ressenti  est plus ou moins fort selon le niveau social-economique ou l’on evolue. Si tu evolues Axiom dans une banlieue defavorisee de France, tu seras totalement inadaptable, bien plus que si tu evolues dans les couches aisees de ces pays etrangers.  Meme si ces couches aisees te paraitront puantes. Tu t’adapteras au moins en partie…pour boire un coup…ou discuter d’un domaine factuel avec un interlocuteur de ton niveau dans le domaine…de temps en temps…

Peu importe la base des civilisations construites sur les religions : chretienne, bouddhiste, indouiste…L’appartemance a un meme milieu social-economique et le partage d’une langue sont les facteurs determinants d’une « adaptation »… cependant tres partielle…pouvant eventuellement se renforcer au fil du temps…un peu…ou pas.

Concernant l’ « adaptation aux peuples » eloignes de ton univers social-economique, je considere que c’est une vue de l’esprit, ou tout depend de ce qu’on couvre par le mot « adaptation ». Que ce peuple soit de ton pays, parle ta langue ou plutôt celle des banlieues, ou que ce peuple soit d’un autre pays, et ne parle pas ta langue, ou baraguine avec toi une langue tierce….Qu’aurez vous a vous dire ? Qu’aurez vous en commun sur tous les plans ? Aurez-vous envie de vous frequenter ?

Sauf si tu as la fibre sociale fort developpee, ou que ton job est dans le social, que tu y gagnes ta vie, que tu es a l’ecoute permanente…et encore ! Tu rentreras le soir chez toi comme un gynecologue, qui a besoin d’oublier le sexe de ses patientes pour retrouver sa libido…

Et si tu te lies a une francaise trop eloignee de toi socialement… ou a une etrangere  qui appartient au peuple d'un autre pays…faisons appel a nos vies..et lisons le forum…ce n'est certainement pas ca qui est une garantie d'adaptation reelle a un autre univers que le tien.

Ceci est a completer du fait qu’une personne d’un milieu modeste europeen, est en pays socio-economiquement faible nettement plus elevee dans la hierarchie socio-culturelle. Et qu’un « modeste » europeen sera culturellement d’un bon niveau dans ces zones la.

Et tout ceci depend intimement de notre profil personnel. Est-t-on apte quasi-instinctivement a l’adaptation a notre environnement ou pas ? S’adapte-t-on par necessite, par sentiment, ou naturellement ? S’adapte-ton pour ensuite changer l’environnement proche ou pour continuer a le subir sans probleme majeur ?

La reside a mon sens la plus grande question : notre profil personnel. Notre « equation » comme disent les psys.

Et encore une fois selon son profil : Nul besoin de « s’adapter » pour vivre en pays etranger.
Prenons-en ce qui nous convient. Et ne perdons pas "notre ame" et notre sante a vouloir nous y dilluer, pire nous y fondre.

L'adaptation n'est que negociation...le temps d'un contrat qui dure ce qui dure.

Sous peu de reserves

« Apres l’effet, on croit a d’autres causes qu’avant l’effet »    NIETZSCHE

Dernière modification par MUITOBON (2013-01-27 11:08:43)

Hors ligne

#47 2013-01-27 11:34:26

riomars
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

MUITOBON a écrit :

Les guerres desatreuses de la fin du 18eme avec le Bresil, l’Argentine et l’Uruguay,  puis celle du debut 20 eme avec la Colombie, ...

« Apres l’effet, on croit a d’autres causes qu’avant l’effet »    NIETZSCHE

1932 Guerre frontalière avec la Bolivie et non la Colombie, on aura tous relevé le lapsus.

Guerre pour une région semi désertique, très ingrate, ou des rumeurs - fausses on le sait maintenant - propageaient qu'il y avait du pétrole. La Bolivie soutenue par des compagnies pétrolières américaines et le Paraguay par des britanniques se sont tapée sur la gueule pour son contrôle.

Quelle époque ! C'est pas de nos jours où on ferait la guerre pour du pétrole ou autre gaz voire uranium ! La Bolivie étant aussi motivée, il est vrai, par le besoin de retrouver un accès à la mer, ayant perdu son accès au Pacifique suite à une Guerre avec le Chili.

Cette Guerre qui a causé la mort du quart des combattants engagés, suivi d'une hécatombe de victimes collatérales comme on dit maintenant, reste une des guerres les plus meurtrières de tous les temps en pourcentage de la population comme le souligne Muitobom. 

Les deux pays, qui étaient déjà pauvre avant, en sont sortis à genoux, à tel point qu'il n'est même pas souhaitable aujourd'hui de préciser lequel des deux, l'HISTOIRE, a considéré comme vainqueur. Il est à noter que l'accord définitif sur les territoires en jeu, n'a été signé qu'en 2009 soit 70 ans après !

Un fait intéressant
Suite à cette hécatombe, pour repeupler cette zone frontalière, il fut fait appel à des communautés Mennonites qui y sont toujours plusieurs dizaines de milliers aujourd'hui.
Les mennonites communauté de langue allemande, protestante "intégriste" (sans jugement de valeur, il y a sans doute un adjectif avec moins de connotation à employer)
veulent vivre entre eux, hors du monde moderne et loin des sollicitations qui les détourne de dieu.
Il apparaît qu'ils vivent très bien au Paraguay où leur discrétion, et leur travail qui leur a fait mettre en valeur une terre ingrate, les a fait accepter. Comme quoi, si l'on respecte que la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres, on peut être différent et vivre ensemble, sans parler d'intégration au sens assimilation.

Y-a-t-il quelqu'un qui dans son voyage au Paraguay les a rencontré ? S'ils veulent vivre entre eux, il n'en reste pas moins que le sens de l'hospitalité est chez eux un devoir quasi religieux.

Cette petite correction faite d'un pédant s'étant levé trop tôt ce dimanche (Moi), si l'on rajoute la guerre précédente qui opposa le Paraguay à une coalition formée par l'Uruguay, l'Argentine et le Brésil et qui tourna à la totale déconfiture du Paraguay (Que faisait le proviseur, 3 grands qui s'attaquent au petit de la classe !), je comprends ce que dit Muitobom sur les sentiments que peuvent avoir les Paraguayens - peut-être pas si inconscient vu la date de l'accord historique qui fixe définitivement la frontière entre la Bolivie et le Paraguay - et qu'ils peuvent en avoir gros sur la patate avec leurs voisins.

Hors ligne

#48 2013-01-27 11:50:47

MUITOBON
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Merci RIOMARS pour la rectification.

Quand on rectifie une erreur, je ne vois pas ou on peut-etre "pedant". Mais j'ai compris le sourire.

Par ailleurs bien sur Colombie et Paraguay ne pouvaient se battre pour des raisons frontalieres pour la simple raison qu'ils n'en on pas entre-eux.

Detail interessant tout de meme : dans cette horreur de la guerre PARAGUAY/BOLIVIE pour un territoire sense avoir du petrole...on n'a jamais trouve de petrole...sauf erreur de ma part.

"Apres l'effet, on croit a d'autres causes qu'avant l'effet"   NIETZSCHE

Dernière modification par MUITOBON (2013-01-27 12:06:11)

Hors ligne

#49 2013-01-27 12:07:58

"Rom in rio"
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

axiom a écrit :

@ romain

merci pour ton resenti , reste combien de temps en colombie ? que les colombiens fassent des efforts, je veut bien le croire , mais est ce suffisent pour ratraper un gap ?
Que veut tu dire par plus traditionel ?

.

J'y suis resté 8 mois, et je pense qu'ils sont vraiment sur le chemin pour rattrapper le gap. Seul tache sur ce tableau, je n'ai pas aimé Bogota, ville de haute altitude, il y fait froid, et la violence est vraiment elevée.

Par plus traditionnel, je disais ça sur leur conception du mariage, de la famille, d'avoir des enfants (à 24 ans il est normal d'avoir au moins 2 gosses), ect

Mais c'est un peuple en paix, bcp de respect dans les relations, bcp de loyauté, j'ai été conquis.

Par contre pour bosser, le pesos colombien est très faible, et la majorité des gens sont au salare minimum  Donc niveau business, c'est pas simple pour qui veut developper une activité.

Hors ligne

#50 2013-01-27 12:49:33

expression
Membre

Re : Les charmes du paradis Paraguay

Je suis complètement d'accord avec ceque dis Muito Bom, avec ce que je vois en ce moment même. je reviens sur le terme Humble des Paragayens, on est loin des brésiliens pédants sachant tout sur tout et surtout étant les plus forts, et qussi Dieu é brasileiro, ils sont ridicules, le seul moment ou un brésilien parle vrai, c'est quand il pleure qu'il lui est arrivé quelque chose, et que personne ne l'aide, là il est comme un con avec sa camiseta de torcedor.
Au Paraguay, la guerre appelée tripartite, a fait mal, jusqu' a aujourd'hui les gens m'en parlent, peut être prononce t'ils ce nom au moins 3 fois dans notre conversation.
Les espagnols ne sont pas les bienvenus, il y a encore de la rancoeur chez les 40-50 ans.
Les Paraguayens sont d'une gentillesse incroyable et ont un sens pratique aigue,
ils rejettent en force tout ce qui peut parasiter leur jour le jour.
Dans lesconversations il n'y a pas de place pour les E ai como que se ta?
todo bem com Vc? Sou corintiano Mano!!! Nao tem como o Brasil, é nos!!
Vai tomar no Cu, et toutes les girias crasses incultes.
Rue Mariscal Estigarribia, vou y trouverez l'alliance française,
ils m'ont aidés à m'orienter en ville, très gentils.
Beaucoup d'élèves de 15 16 ans qui y apprennent le français.
Au Paraguai, pas besoin comme au Brésil de faire la file indienne comme des enfants à éduquer pour prendre le bus, même quand il y a du monde à la sortie des bureaux du micro-centre tout ce passe avec respect et intelligence pour monter dans ces bus jolies de toutes les couleurs.

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB

© 2001-2018 abc-latina - Tous droits réservés
abc-latina.com - L' AMERIQUE LATINE sur Internet