AMERIQUE LATINE - index    

Forum abc-latina

Discussions sur l' Amérique Latine

Vous n'êtes pas identifié.

  • |

#1 2017-10-06 15:24:47

VASP
Membre

Dossier BRICS

 La Russie partage les préoccupations des pays des BRICS concernant l’iniquité de l’architecture financière et économique mondiale, qui ne tient pas compte du poids croissant des économies émergentes. Nous sommes prêts à collaborer avec nos partenaires pour promouvoir les réformes de la réglementation financière internationale et surmonter la domination excessive du nombre limité de monnaies de réserve. »

Selon l’auteur de Asia Times, l’énoncé était un message codé sur la façon dont les pays des BRICS chercheront à contourner le dollar américain ainsi que le pétro-dollar.

La Chine est également à bord avec cette proposition. Bientôt, la Chine lancera un contrat à terme de pétrole brut évalué en yuan chinois qui sera entièrement convertible en or. Comme l’a déclaré Nikkei Asian Review, les analystes ont qualifié ce mouvement de « nouvelle règle du jeu » pour l’industrie pétrolière.

La Russie et la Chine ont déjà acheté d‘énormes quantités d’or depuis un certain temps. Les réserves d’or actuelles de la Russie assureraient 27% de sa petite masse monétaire en roubles, bien au-delà de tout autre pays majeur. La Réserve fédérale des États-Unis a admis il y a des années qu’ils n’avaient plus d’or depuis très longtemps.

La Chine met également en œuvre un projet monumental, connu sous le nom de projet de Route de la Soie, qui est une poussée majeure pour créer une route commerciale permanente reliant la Chine, l’Afrique et l’Europe. Il faut se demander quel contrôle sur ces transactions auront les États-Unis.

Ce ne sont là que quelques-uns des derniers développements qui ont affecté le dollar.

Est-ce que ceux qui continuent à rejeter cette théorie associée au pétro-dollar répondent en toute confiance aux questions suivantes ?

Est-ce un hasard si tous les pays énumérés ci-dessus qui se détournent du dollar sont des adversaires de longue date des États-Unis, y compris ceux qui ont été envahis ?Est-ce une coïncidence que l’Arabie saoudite reçoive un blanc-seing pour engager une foule d’actions criminelles du moment qu’elle se conforme à l’ordre financier mondial ?Les préoccupations de l’Arabie saoudite avec le Qatar sont-elles vraiment enracinées dans le prétendu financement de groupes terroristes de ce dernier, même si l’Arabie saoudite mène le monde dans le mur en finançant les groupes terroristes les plus vilains ?

De toute évidence, il y a quelque chose de plus sinistre qui se joue ici et, que ce soit ou non lié à une guerre de la monnaie menée par des psychopathes, cela reste à voir. Les preuves continuent de montrer, cependant, que les positions du dollar américain sont lentement érodées pièce par pièce et once par once – et, alors que les pays adverses font ces développements à l’unisson, il semble ne pas y avoir grand chose que les États-Unis puissent faire sans tout risquer dans une guerre mondiale.


Leia mais em http://reseauinternational.net/le-petro … HQaf5GP.99

Hors ligne

#2 2017-10-06 18:54:07

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Mais voui mais voui, tout ça est vieux, rabâché depuis des lustres, et en partie merdia-tique.

La seule chose indiscutable est dans les derniers mots : si les US venaient à être acculés ils risqueront tout dans une guerre mondiale. Et ça, il-y-a longtemps que tout le monde le sait aussi.

Hors ligne

#3 2017-10-06 19:09:22

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Les USA colonie Anglaise sauce Mayflower,  depuis le génocide des amérindiens, voulant rayer la Corée du nord de la carte, est le pays le plus dangereux de la planète. Il serait temps qu'on lui enlève sa capacité de nuire de notre planète. Ils ont prouvés que sans les USA le monde se porterait beaucoup beaucoup mieux.
Je devine un Mayflower à l'envers, pour les WASP.

Hors ligne

#4 2017-10-06 21:27:19

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Voui...et bien enlève donc aux US  leur capacité de nuire.

Hors ligne

#5 2017-10-07 00:09:51

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Sur le plan mondial, le BRICS constitue déjà une nuisance majeure pour l’ordre unipolaire. Xi a déclaré poliment à Xiamen que « nous, les cinq pays, [devrions] jouer un rôle plus actif dans la gouvernance mondiale ».

Et, juste après, Xiamen a introduit des «dialogues» avec le Mexique, l’Égypte, la Thaïlande, la Guinée et le Tadjikistan; Cela fait partie de la feuille de route pour le « BRICS Plus »

Pour rappel:

Les cinq pays disposant des plus importantes réserves prouvées de pétrole au monde à fin 2015 sont :

·     le Venezuela avec 300,9 milliards de barils de pétrole, soit 17,7% des réserves prouvées mondiales ;·         l’Arabie saoudite avec 266,6 milliards de barils (15,7%) ;·         le Canada avec 172,2 milliards de barils (10,1%) ;·         l’Iran avec 157,8 milliards de barils (9,3%) ;·         l’Irak avec 143,1 milliards de barils (8,4%).

Ayant "en poche" l'Arabie et le Canada, ayant occupé l'Irak par la force, les États-Unis veulent évidemment mettre la main sur le Venezuela et l'Iran. 

Ajouter le nouveau contrat à terme de pétrole, négocié en Chine en yuan, avec le soutien de l’or conduira à un changement spectaculaire chez les principaux membres de l’OPEP, même au Moyen-Orient, qui  préféreront le yuan, indexé à l’or, pour vendre leur pétrole, plutôt que des dollars américains surévalués portant un risque géopolitique comme celui que le Qatar a connu suite à la visite de Trump à Riyad il y a quelques mois. Notamment, le géant pétrolier russe Rosneft vient d’annoncer que la société pétrolière chinoise CEFC China Energy Company Ltd. vient d’acheter les 14% de part de Rosneft au Qatar. Tout commence à s’emboîter dans une stratégie très cohérente.

L’imperium du dollar touche à sa fin et ses patriarches se cachent en réalité derrière un déni, par ailleurs connu sous le nom de présidence Trump. Pendant ce temps, les éléments les plus sains de ce monde visent à construire des alternatives constructives et pacifiques. Ils sont même ouverts à l’idée d’admettre Washington dans le jeu, selon des règles honnêtes.

C’est remarquablement généreux, non ?

Hors ligne

#6 2017-10-07 00:27:41

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Voui...c´est même trop bon. C´est ce qui perdra les Briques. L´exces d´amour.

Hors ligne

#7 2017-10-07 01:16:13

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

MUITOBON a écrit :

Voui...c´est même trop bon. C´est ce qui perdra les Briques. L´exces d´amour.

Rassure toi, c'est plus de l'amour, c'est de la rage hahahahaha

Oui, le monde entier se renseigne rapidement sur ce problème de la Khazarie, le plus grand problème du monde, et il en a eu plus qu’assez des abus et de l'inhumanité des Khazars. Il est presque certain que le système bancaire privé de la City la Khazarie de Londres sera bientôt éliminé. Cela décapitera le commandement et la base de contrôle et de pouvoir des Khazars à travers le monde.
Si vous avez des doutes, faites des recherches de base sur les BRICS, AIIB, Silk Road System, Shanghai Gold Exchange et l'érosion récente du système US du Petro Dollar avec l'Arabie Saoudite acceptant des devises en plus de l'USD.
La révolution bolchevique a été la vengeance contre la Russie pour avoir détruit la Khazarie vers 1250 après JC. Environ 80% des bolcheviks étaient des Khazars impies qui ont violé, pillé, torturé et assassiné plus de 100 millions de citoyens russes non Khazars.  Aujourd’hui, les khazars poussent de toutes leurs forces pour que l’Amérique détruise l’Iran (la Perse) pour la même raison : la vengeance.
L'Amérique a été infiltrée et détournée par la Mafia Rothschild Khazare, pour détruire le Patrimoine chrétien de nos Pères fondateurs, ainsi que notre économie, nos frontières, notre langue, nos rôles sexuels, notre culture et notre mariage.
À moins que les Américains et les citoyens du monde ne se réveillent et déboulonnent les Khazars de leurs hauts postes de contrôle qu'ils ont obtenus par le détournement, la corruption, le chantage et le meurtre, l'Amérique est condamnée et le reste du  monde aussi.

Hors ligne

#8 2017-10-13 15:05:21

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Pékin «forcera» l’Arabie Saoudite à acheter du pétrole en yuans, et lorsque cela se produira, le reste du marché suivra cet exemple et abandonnera le dollar américain comme monnaie de réserve mondiale, a déclaré dans une interview à CNBC l’économiste Carl Weinberg.

Dans une interview accordée au média américain CNBC le 11 octobre, l’économiste Carl Weinberg a estimé que Pékin pourrait bientôt acheter l’or noir avec sa propre devise, sans devoir passer par la monnaie américaine, surpassant ainsi les États-Unis en tant que «premier importateur mondial de pétrole» et incitant ainsi Riyad à suivre son exemple.

L’Arabie Saoudite devrait «y prêter attention, parce que dans un ou deux ans au moins, la demande de la Chine dépassera celle des États-Unis», a déclaré Carl Weinberg.

«Je pense que les prix du pétrole en yuan sont pour très bientôt, et dès que les Saoudiens l’accepteront, les autres acteurs du marché du pétrole suivront son exemple», a indiqué l’économiste.

Depuis un accord conclu en 1974 entre le Président américain Richard Nixon et le roi Fayçal d’Arabie Saoudite, Riyad ne libelle ses ventes de pétrole qu’en dollars. Mais comme la Chine importe de plus en plus de pétrole à de nombreux pays à travers le monde, l’idée de payer pour ce pétrole en dollars devient de plus en plus irritante pour Pékin.

En outre, ces dernières années, plusieurs pays opposés au dollar, la monnaie de réserve mondiale, tentent progressivement de l’abandonner. Ainsi, la Russie et la Chine cherchent à renoncer au dollar pour le commerce du pétrole.

«La transition du dollar vers le yuan retirera du système dollar les transactions dont le montant se situe entre 600 et 800 milliards de dollars… Ce qui signifie une demande plus forte en Chine sur tout, que ce soient les valeurs mobilières ou les biens et les services. Cette croissance est un grand avantage pour la Chine, et c’est pourquoi ils veulent que cela se produise », a conclu Carl Weinberg

Hors ligne

#9 2017-10-29 15:55:22

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

La Chine et la Russie ont un plan pour détrôner le dollar. Si elles réussissent, le monde se réjouira

Des dollars et des guerres, bientôt la fin

Le facteur décisif qui a changé la perception de pays comme la Chine et la Russie a été la crise financière de 2008, ainsi que l’agression croissante des États-Unis depuis les événements de Yougoslavie en 1999. La guerre en Irak, entre autres facteurs, empêchait Saddam de vendre son pétrole en euros, ce qui aurait menacé l’hégémonie financière du dollar au Moyen-Orient.

La guerre et la présence continue de l’Amérique en Afghanistan ont souligné l’intention de Washington de continuer à encercler la Chine, la Russie et l’Iran afin d’éviter toute intégration eurasienne.

En 2017, compte tenu de la baisse de la crédibilité des États-Unis en raison du déclenchement de guerres contre des pays plus petits – en ignorant les pays comme la Russie, la Chine et l’Iran qui ont des capacités militaires auxquelles les États-Unis n’ont pas fait face depuis plus de soixante-dix ans – un éloignement général du système basé sur le dollar se constate dans de nombreux pays.

Dédollarisation

Beijing a commencé a exercer une forte pression sur l’Arabie saoudite pour qu’elle commence à accepter les paiements en yuan pour le pétrole au lieu de dollars, tout comme d’autres pays, dont la Fédération de Russie.

Pour Riyad, il s’agit d’une question presque existentielle. Riyad est dans une situation délicate, quand on sait à quel point elle est dévouée à conserver le lien entre le dollar américain et le pétrole, même si son principal allié, les États-Unis, ont poursuivi au Moyen-Orient une stratégie contradictoire, comme on le voit dans l’accord JCPOA [avec l’Iran].

L’Iran, principal ennemi régional de l’Arabie saoudite, a pu voir levées des sanctions (en particulier des pays européens) grâce à l’accord JCPOA. En outre, l’Iran a pu construire une victoire historique avec ses alliés en Syrie, jouant un rôle prépondérant dans la région et aspirant à devenir une puissance régionale.

Riyad est obligé d’obéir aux États-Unis, un allié qui ne se préoccupe pas de son destin dans la région – l’Iran est de plus en plus influent en Irak, en Syrie et au Liban –, allié qui est même en compétition sur le marché du pétrole [avec le pétrole de schiste].

Pour empirer les choses à Washington, la Chine est le plus gros client de Riyad, et compte tenu des accords avec le Nigeria et la Russie, Pékin peut cesser d’acheter du pétrole en provenance d’Arabie saoudite si Riyad continue d’insister pour ne recevoir le paiement qu’en dollars. Cela nuirait gravement au pétrodollar, un système pervers qui fait surtout du tort à la Chine et à la Russie.

Pour la Chine, l’Iran et la Russie, ainsi que d’autres pays, la dédollarisation est devenue une question urgente. Le nombre de pays qui commencent à voir les avantages d’un système décentralisé, par opposition au système dollar américain, augmente. L’Iran et l’Inde, mais aussi l’Iran et la Russie, ont souvent troqué des hydrocarbures en échange de produits primaires, contournant ainsi les sanctions américaines.

De même, le pouvoir économique de la Chine lui a permis d’ouvrir une ligne de crédit de 10 milliards d’euros à l’Iran pour contourner les sanctions récentes. Même la Corée du Nord semble utiliser des crypto-monnaies comme le bitcoin pour acheter du pétrole en provenance de Chine et contourner les sanctions américaines. Le Venezuela – qui dispose des plus grandes réserves de pétrole du monde – vient de faire un mouvement historique en renonçant complètement à vendre du pétrole en dollars, annonçant qu’il commencerait à recevoir de l’argent dans un panier de devises sans dollars américains. Ceci sans mentionner le plus gros changement qui a eu lieu au cours des 40 dernières années, le projet de la Chine d’amarrer le yuan à l’or.

Pékin achètera du gaz et du pétrole à la Russie en payant en yuans, Moscou pouvant convertir le yuan en or immédiatement grâce à l’échange sur le marché international de l’énergie de Shanghai. Ce mécanisme gaz-yuan-or signale un changement économique révolutionnaire grâce à l’abandon progressif du dollar.

Dans le prochain et dernier article, nous nous concentrerons, d’une part sur la réussite de la Russie, de l’Iran et de la Chine dans la mise en place d’un ordre mondial multipolaire, avec l’objectif de contenir pacifiquement les retombées de l’empire américain qui s’effondre, et d’autre part, sur la manière dont cet autre ordre mondial ouvrira des perspectives géopolitiques nouvelles pour les alliés américains et d’autres pays.

Hors ligne

#10 2017-10-30 11:54:47

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

VASP a écrit :

La Chine et la Russie ont un plan pour détrôner le dollar. Si elles réussissent, le monde se réjouira

Des dollars et des guerres, bientôt la fin


                                                VOUI....



bombe_atomique_israel.jpg

Hors ligne

#11 2017-11-29 13:48:11

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

MUITOBON a écrit :
VASP a écrit :

La Chine et la Russie ont un plan pour détrôner le dollar. Si elles réussissent, le monde se réjouira

Des dollars et des guerres, bientôt la fin


                                                VOUI....

Pour tuer ton impatience, voici un grand classique.

https://www.youtube.com/watch?v=i59GgySJyxI

Hors ligne

#12 2017-11-30 13:53:05

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Merci,

Quoi qu´à tuer son impatience en attendant le pire, je conseille d´ utiliser un autre type de bombe que Félicie.

44636.jpg

Hors ligne

#13 2017-11-30 18:33:52

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Oui Félicie ça suffira pas mais les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) vont se doter de leur propre gouvernance Internet afin d’échapper au contrôle des États-Unis.

Jusqu’ici l’Internet est gouverné par l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), une association para-administrative du département du Commerce des États-Unis.

La nouvelle gouvernance d’Internet est une proposition du Conseil de sécurité nationale russe. On ignore comment elle s’articulera au système de DNS alternatif déjà en vigueur en Chine. Si ce système est étendu, les États-Unis perdront le contrôle des télécommunications mondiales. On assistera à une division de l’Internet en deux, les sites ne pouvant être accessibles à tous quelle que soit la localisation des internautes qu’à la condition d’une inscription dans chacun des deux systèmes.

Hors ligne

#14 2017-11-30 23:45:35

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Souhaitons donc que « ça ira mieux » quand Internet sera gouverné par les US d´un côté, et les Russes et Chinois de l´autre.

Parce que les fameuses Briques, avec tous leurs projets de banque centrale commune, de commerce hors Dollar, j´en passe, puis maintenant de gouvernance Internet...ne cessent de nous mettre l´eau à la bouche, et nous rendent comme tu dis « impatients »...

Continuons donc à tuer notre impatience le mieux possible, à part de gagner du pognon (pour le moment) sur le plus que fameux Bitecoin


44653.jpg

Hors ligne

#15 2017-12-27 15:27:23

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Du 7 décembre 2017 sur
http://www.zerohedge.com/news/2017-12-0 … eral-trade


La dé-dollarisation se poursuit : la Chine et l’Iran éliminent le billet vert du commerce bilatéral

La dé-dollarisation se poursuit : la Chine et l’Iran éliminent le billet vert du commerce bilatéral   

La boucle de la dé-dollarisation est bouclée. Ce qui a commencé par des échanges entre la Russie et l’Iran, puis entre la Russie et la Chine, se termine par les échanges entre l’Iran et la Chine

Plus Washington se déchaîne contre ceux qui ne veulent pas s’incliner devant l’ordre mondial unipolaire, plus le reste du monde se rebiffe. À l’aube du lancement de son contrat à terme sur le pétrole, la Chine intensifie son programme de dé-dollarisation en cherchant un accord bilatéral rial-yuan avec l’Iran.

À titre de rappel, rien ne dure éternellement…

L’ancien économiste en chef de la Banque mondiale veut remplacer le dollar américain par une super-monnaie mondiale unique, affirmant que cela va créer un système financier mondial plus stable. « La domination du billet vert est la cause première des crises financières et économiques mondiales », a déclaré Justin Yifu Lin à Bruegel, un groupe de réflexion sur la recherche politique basé à Bruxelles, ajoutant que « la solution à cela est de remplacer la monnaie nationale par une monnaie mondiale ».

La fin de l’hégémonie du dollar est inéluctable. Comme l’a dit le président russe Vladimir Poutine il y a presque deux mois lors du sommet des BRIC à Xiamen :

« La Russie partage les inquiétudes des pays du BRICS quant à l’injustice de l’architecture financière et économique mondiale, qui ne tient pas compte du poids croissant des économies émergentes. Nous sommes prêts à collaborer avec nos partenaires pour promouvoir les réformes de la réglementation financière internationale et surmonter la domination excessive d’un nombre limité de monnaies de réserve. »

Comme l’a récemment noté Pepe Escobar, « surmonter la domination excessive du nombre limité de monnaies de réserve » est la manière la plus polie de qualifier ce dont les BRICS ont discuté depuis des années, à savoir, comment contourner le dollar américain, ainsi que le pétrodollar.

Beijing est prêt à intensifier le jeu. Bientôt, la Chine lancera un contrat à terme sur le pétrole brut libellé en yuans et, comme le rapporte Russia Today, Téhéran et Pékin sont déterminés à éviter l’utilisation du dollar américain comme monnaie de règlement dans leurs échanges, selon un rapport du quotidien économique iranien Financial Tribune.

Le sujet de la dé-dollarisation a été soulevé lors d’une réunion entre le principal conseiller politique du gouvernement chinois, Chen Yuan, et les responsables de la banque centrale iranienne à Téhéran. Selon le gouverneur de la Banque centrale iranienne, Valiollah Seif :

« L’accord monétaire bilatéral rial-yuan peut avoir un rôle important dans l’augmentation du volume des échanges entre les deux pays et, à cet égard, nous avons mené une série de négociations avec le président de la banque centrale de la République de Chine. »

Téhéran a poursuivi son objectif d’éliminer le dollar dans son commerce et a essayé de signer des accords d’échange de devises avec quelques pays ciblés.

Chen a dit que l’Iran et la Chine devraient développer leurs liens bancaires et ont également souligné l’injustice du système financier existant, dominé par quelques pays développés. Il a ajouté, cité par le quotidien financier iranien, que les autres nations feraient mieux si ce système injuste était éliminé :

« Nous pourrions utiliser l’expérience des pays européens avec l’euro en tant que monnaie commune entre de nombreux pays, et qui n’est pas exclusivement contrôlée par un seul pays. Mais d’ici là, nous devons utiliser le maximum de capacités disponibles pour étendre nos relations bancaires. »

Comme Federico Pieraccini l’a déjà noté, jusqu’à il y a quelques décennies, toute idée de s’éloigner du pétrodollar était considérée comme une menace directe à l’hégémonie mondiale américaine, nécessitant une réponse militaire. En 2017, compte tenu du déclin de la crédibilité des États-Unis à la suite de guerres contre des pays plus petits – évitant de se frotter à des pays comme la Russie, la Chine et l’Iran qui ont des capacités militaires auxquelles les États-Unis n’ont pas fait face depuis plus de soixante-dix ans – la récession générale du système basé sur le dollar s’installe dans de nombreux pays.

Ces dernières années, il est devenu évident pour de nombreuses nations opposées à Washington que la seule manière de contenir de manière adéquate les retombées de l’effondrement de l’empire américain est d’abandonner progressivement le dollar. Cela permet de limiter la capacité de dépenses militaires de Washington en créant les outils de rechange nécessaires dans les domaines financier et économique qui élimineront la domination de Washington. C’est essentiel dans la stratégie russo-sino-iranienne pour unir l’Eurasie et ainsi mettre les États-Unis hors-jeu.

La dé-dollarisation pour Pékin, Moscou et Téhéran est devenue une priorité stratégique. L’élimination de la capacité de dépense illimitée de la Fed et de l’économie américaine entraînera la limitation de l’expansion impérialiste américaine et réduira la déstabilisation mondiale. À l’abri de la puissance militaire américaine, employée habituellement pour renforcer et imposer l’utilisation des dollars américains, la Chine, la Russie et l’Iran ont ouvert la voie à d’importants changements dans l’ordre mondial.

Les États-Unis se sont tiré une balle dans le pied en accélérant ce processus par l’exclusion de l’Iran du système SWIFT – ouvrant la voie à l’alternative chinoise, connue sous le nom de CIPS − et en imposant des sanctions à des pays comme la Russie, l’Iran et le Venezuela. Cela a également accéléré l’exploitation minière et l’acquisition d’or physique par la Russie et la Chine, ce qui est en contraste direct avec la situation aux États-Unis, accompagnée de rumeurs selon lesquelles la Fed ne posséderait plus d’or. Ce n’est pas un secret que Pékin et Moscou visent une monnaie adossée à l’or si le dollar devait s’effondrer. Cela a poussé les pays intransigeants à commencer d’opérer dans un environnement non dollar et à travers des systèmes financiers alternatifs. Pour la Chine, l’Iran et la Russie, ainsi que d’autres pays, la dédollarisation est devenue une question urgente.

Tyler Durden

Source Zero Hedge

Quelle Good News !!!

Hors ligne

#16 2017-12-29 22:15:38

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Voui, que des nouvelles fraîches en effet !!!

Bon...histoire de rigoler puisque c´est le jeu...on pourrait corriger cette synthèse magnifique en précisant que l’ancien économiste en chef de la Banque mondiale cité, à savoir Justin Yifu Lin,  est ...disons...en retard d´une guerre. Car la nouvelle monnaie mondiale existe même si aucune Truffe ne la connaît ...

...Cette nouvelle monnaie est constituée par les DTS du FMI  dans lesquels le Yuan Chintoc est entré début 2017. Elle est à présent constituée par le Dollar, l´Euro, le Yen, la Livre Sterling et le Yuan.

C´est bientôt avec cette monnaie, et plus en Dollar, que le FMI financera les pays Pitres en faillite ou plongés dans diverses réjouissances. Et vu que les Chintocs ont réussi à entrer dans cette monnaie mondiale avec moult difficultés...il serait étonnant que les autres Briques ou Pitres divers y entrent bientôt ! Foi de Chintocs !

Mais bon...si on est pressé pour que « ça change » ...n´oublions toujours pas  l´essentiel 

woman-3035567_960_720.png

Hors ligne

#17 2017-12-30 14:25:36

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

28 déc. 2017,

Source: Reuters

La Banque centrale russe suggère de créer une monnaie virtuelle commune aux BRICS et aux Etats de l'Union économique eurasienne, deux ensembles économiques dont fait partie la Russie. Une future monnaie concurrente au dollar ?

La Banque centrale russe a proposé le 28 décembre, par la voix de sa vice-présidente Olga Skorobogatova, une initiative visant à créer une monnaie virtuelle commune pour les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et de l'Union économique eurasienne (UEEA : Arménie, Biélorussie, Russie, Kazakhstan et Kirghizistan).

La Russie veut lancer un Internet indépendant pour les pays des Brics

Olga Skorobogatova a notamment fait valoir que la création d'une telle monnaie virtuelle commune était bien plus prometteuse que la création de cryptomonnaies nationales. «Les participants à différentes manifestations économiques auxquels je participe habituellement [...] arrivent tous à la conclusion : une monnaie virtuelle n'est pas très utile pour un seul pays. Il est [donc] logique de discuter de cryptomonnaie au niveau de plusieurs pays, tels que [ceux des] BRICS et [de] l'UEEA», a déclaré la fonctionnaire lors d'une réunion avec le ministère russe des Finances.

Aucune décision concrète commune n'a pour l'instant été prise à ce sujet mais des discussions sont bel et bien prévues pour 2018 entre pays membres des BRICS et de l'UEEA.

En septembre, le chef du Fonds russe d'investissements directs (RDIF), Kirill Dmitriev, avait fait savoir que le comité des finances des BRICS discutait d'une éventuelle monnaie virtuelle commune pour le bloc des cinq pays.
Il avait ajouté qu'au sein des BRICS, les cryptomonnaies pourraient remplacer, à terme, le dollar américain et les autres devises utilisées par les Etats membres.

Dernière modification par VASP (2017-12-30 14:27:44)

Hors ligne

#18 2017-12-31 14:05:01

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Pour ce que promet cet article c´est toujours pareil...il suffit de savoir un peu patienter.

63849636-jolie-fille-en-talons-hauts-dans-le-parc-Banque-d'images.jpg

Dernière modification par MUITOBON (2017-12-31 14:09:17)

Hors ligne

#19 2018-01-03 17:28:51

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Saxo Bank, une banque danoise, est célèbre pour d’une année sur l’autre, pondre des prévisions incroyables, effarantes, farfelues, scandaleuses et outrancières. Cette année, la banque prévoit que Russie & Chine prendront d’énergiques mesures contre le bitcoin et délogeront le dollar du commerce des hydrocarbures.
Krach du bitcoin

Saxo Bank prévoit que la valeur du bitcoin triplera l’année prochaine. Il atteindra 60 000 dollars avec une capitalisation boursière supérieure à 1000 milliards de dollars. Suite à cela, Russie & Chine s’associeront pour lui faire sa fête.

D’après la banque danoise, « Ces dernières années, l’un des phénomènes les plus spectaculaires des marchés financiers a été la montée du bitcoin et des autres cryptomonnaies. Poursuivant son ascension, le bitcoin montera très haut au cours de la majeure partie de 2018, mais Russie & Chine maniganceront ensemble sa faillite. » Le bitcoin retombera à 1000 dollars d’ici à 2019.

Russie & Chine éjecteront le dollar du commerce des hydrocarbures

Ce ne sera pas la seule coopération l’année prochaine entre Pékin et Moscou, estime Saxo Bank, qui s’attend à ce que la Chine introduise sa transaction pétrolière libellée en yuan, « une décision aux conséquences géopolitiques et financières immenses. »

« Au cours des dernières années, la transaction WTI, brut pétrolier étasunien, a été de plus en plus marginalisée par la transaction Brent, brut offshore, devenue référence mondiale dans la fixation des prix de nombreuses autres qualités de pétrole. La Chine, quant à elle, est déjà devenue de loin premier importateur mondial de pétrole brut, et de nombreux exportateurs clés, menés par l’Iran et la Russie, sont plus qu’heureux de recevoir le paiement de leurs transactions pétrolières en yuan, » prévoit Saxo Bank.

Selon les dernières données, la Russie est le plus grand exportateur de pétrole vers la Chine.
Remake de 1987, krach soudain du S&P500

Saxo prévoit également la chute abrupte de 25% de l’indice étasunien S&P500, qui rappellera le krach boursier de Wall Street d’il y a trente ans.

« Le S&P500 connaîtra un krach soudain de 25% (du plus haut au plus bas), une chute spectaculaire et exceptionnelle rappelant 1987. Tout un tas d’actions sans risque, à basse volatilité, seront complètement dépréciées, et un négociant d’actions risquées auparavant inconnu, réalisera un gain de 1000 pour cent et deviendra instantanément une légende, » écrit la banque.
Autres prédictions

Le Trésor étasunien prendra le contrôle de la Réserve fédérale, qui devrait perdre son indépendance ; la Banque du Japon sera contrainte d’abandonner le contrôle de la courbe de ses taux ; les électeurs étasuniens renforceront [go hard ?] la gauche en 2018 ; l’Empire austro-hongrois menacera de prendre le contrôle de l’Union européenne ; l’Afrique du Sud aura son Printemps ; et la compagnie chinoise Tencent, en évinçant Apple de la première place, deviendra la plus grande entreprise du monde.

RT
Original : https://on.rt.com/8w05

Hors ligne

#20 2018-01-05 11:22:11

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Les transactions internationales sont actuellement payées presque exclusivement en dollar américain, la principale monnaie mondiale. Non seulement cela fortifie la position de pouvoir du dollar, qui est aussi appelé pétrodollar dans le commerce du pétrole, mais en plus chaque paiement en dollar est également un tribut indirect à l’empire des Etats-Unis. La banque centrale russe (CBR) a plus que doublé ses acquisitions de réserves d’or pendant la dernière décennie. Au vu de la politique antirusse de Washington, 1 250 tonnes d’or ont été ajoutées afin que le pays soit indépendant des monnaies étrangères et en particulier du dollar américain. Le Brésil et l’Uruguay ont changé leur commerce bilatéral en passant d’un payement en dollar américain à des payements en monnaie du pays, le real et le peso, « afin de rendre plus économiques de vieux mécanismes et pour se défaire des régulations dictées par les Etats-Unis. » En 2017 la Chine paye déjà les importations de pétrole en yuan. L’établissement d’un pétro-yuan, pour contrebalancer le pétrodollar, est un pas pour briser la dominance monétaire globale des Etats-Unis. Des analystes considèrent cela comme un pas énorme sur le chemin qui mène à la fin de la dominance globale du dollar.

L’expert financier Max Keiser reprend cette pensée dans une interview accordée à la chaîne de télévision RT. Il estime que les efforts récents de la Chine sont certes très courageux, mais rappelle que des tentatives similaires d’autres chefs d’Etats pour quitter la matrice du pétrodollar n’ont jusqu’à présent jamais réussi et qu’elles se sont terminées avec la mort de leurs initiateurs. Max Keiser rappelle l’exemple du chef d’Etat irakien Saddam Hussein et aussi du chef d’Etat libyen Muammar al-Kadhafi. L’expert financier s’attend même à ce que le gouvernement américain aille faire la guerre pour sauver le pétrodollar.

Voyez maintenant une courte interview de Max Keiser 


Bonsoir Max, merci d’être là. Nous avons appris que la Chine défie le pétrodollar. Pourquoi Pékin veut-il faire cela ?

Max Keiser : Tout d’abord ils sont très courageux dans ce qu’ils font, car la plupart du temps les pays qui ont essayé de sortir de la matrice du dollar ont eu une fin tragique. Saddam Hussein a voulu vendre du pétrole en euros et il a été tué, Mouammar al-Kadhafi a voulu vendre de l’énergie en d’autres devises et il a été tué lui aussi. Le bilan est donc plutôt affreux. Tout mon respect pour la Chine, qui prend en main ce projet. Il y a aussi des bruits selon lesquels la Chine fera partie des grands acheteurs dans la prochaine offre d’ARAMCO. Géopolitiquement, cela fait sens. La Chine, la Russie et les Saoudiens veulent sortir de l’hégémonie du dollar. Ces pays veulent se défaire du dollar.

C’est ce que nous voyons partout dans le monde : les pays veulent échapper au complexe militaro-industriel des USA. Ils en ont assez de financer les aventures militaires des Etats-Unis en faisant partie de l’empire mondial de dettes en dollars. Ils veulent en sortir et être indépendants. La Chine veut être indépendante, la Russie veut être indépendante et l’Iran aussi le veut. Ils ne veulent plus être gouvernés par le dollar américain. Et un chemin possible serait de vendre le pétrole contre des yuans, qui peuvent eux-mêmes être échangés contre de l’or. Ces pays peuvent donc échapper à l’hégémonie de Bretton Woods, à l’empire des dettes, à la monnaie de réserve mondiale, le dollar, qui règne depuis la Seconde Guerre mondiale. Je pense que c’est un nouveau départ.

Présentateur : Les USA peuvent-ils faire quelque chose contre cela ? Ils ne vont certainement pas être contents de perdre le pétrodollar. Comment penses-tu qu’ils vont retourner la frappe ?

Max Keiser : Ils vont frapper en retour. Ils vont commencer une guerre, peut-être entre le Japon et la Chine, peut-être contre la Corée du Nord. Les Etats-Unis vont tout mettre en œuvre pour garder le dollar américain comme devise de la réserve mondiale. Ils vont attaquer un pays comme il l’ont fait en Afghanistan. Là ils n’ont aucun scrupule car il s’agit de la base de l’empire US. Celui-ci n’est pas basé sur des territoires, ni sur des biens matériels, mais sur le « rent seeking », en français « la recherche de rentes », sur le fait de prêter des dollars et de prendre des intérêts. Quand des pays ne peuvent pas payer, alors on leur prend leurs ressources. C’est ce qui est arrivé en Amérique du sud et en Amérique latine. C’est ainsi que les Etats-Unis ont construit leur empire. Les pays qui se sont levés contre le cartel financier des USA sont la Chine, la Russie et l’Iran et maintenant ils vont se séparer du dollar avec un nouveau contrat. Et ils sont aussi intéressés par les monnaies cryptées, car celles-ci sont également une manière de sortir du dollar américain. Le dollar est tout juste encore gardé en vie par les agissements du Pentagone et par les manigances des banques centrales. Mais quand ce jeu va venir à la lumière, le dollar va s’effondrer de manière impressionnante.

Hors ligne

#21 2018-01-05 11:31:08

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

La banque centrale du Pakistan a donné son feu vert à l’utilisation du yuan chinois pour le commerce bilatéral, garantissant que les importations, les exportations et les transactions financières pourront être libellées dans cette devise.

La banque centrale du Pakistan a émis un communiqué dans lequel elle a annoncé la suppression du dollar et l’utilisation du yuan chinois pour le commerce avec d’autres pays.

Hors ligne

#22 2018-01-08 21:47:23

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Et quand on sait que toute cette haine envers le Dollar n´est qu´une réaction contre la méchanceté et de la jalousie de Mimosa à l´encontre des « émergents »...ça laisse à réfléchir...

Hors ligne

#23 2018-01-09 13:40:09

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Pas du tout. Tu es toujours à coté. Les gens simples d'esprit se nourissent de promesses, de lubies.
C'est un phénomène général, c'est contre l'imcompétence de ceux qui dirigent cette Déconnomie. Un décrassage des neurones vous fera du bien.
Re-baser les monnaies sur l'or, pétrole ou autres ressources, sur les calories aussi, c'est juste logique.

A faire passer et repasser.
https://www.youtube.com/watch?v=spJv-GydCGU

Dernière modification par VASP (2018-01-09 14:17:19)

Hors ligne

#24 2018-01-10 01:01:03

MUITOBON
Membre

Re : Dossier BRICS

Absolument ! Le monde est tout à fait déraisonnable. Et il faut se décrasser les neurones !

Lorsque j´étais étudiant on appelait les types comme Généreux, prof à Science Po, les Fous du Roi. Ce qui au second degré ne veut pas dire dingue. Mais entretenu par le Roi pour le faire rigoler en lui disant la vérité sous forme détournée. Vérité que le Roi connaissait d´ailleurs parfaitement.

Depuis l´époque des Rois ça a changé...Les Rois à force de se tromper ont disparu ou restent cantonnés à la parade. Mais des Fous il-y-en a toujours. Preuve que ça n´a pas si changé que ça. Toute dominance entretien ses Fous, qui tôt ou tard auront raison.

Moi je serai par exemple pour ré-indexer les monnaies à l´Or. Ce qui veut dire en clair stopper la fabrication de monnaies et les fixer sur l´Or existant. Autrement dit...les déficits publics financés par la planche à billets sans limite...fini ! Couic ! On a le droit de fabriquer du pognon-daube supplémentaire que si on augmente son stock d´or ! Point.

...Mieux dit : si l´économie est morte on s´en branle ! Plus d´entreprises soutenues abusivement par la spéculation sur le marché des capitaux grâce à la planche à billets ! Plus de financement abusif aux États faillis pour qu´ils donnent des aumônes aux Truffasses ! On ne fabrique plus de pognon bidon qui ne soit pas indexé à l´Or qu´on possède ! Fini ! Et vous pouvez toujours crier et pleurer ! Rideau ! On boucle !

À la réflexion...parions que les « gens simples d´esprit » préfèrent à coup sûr « se nourrir de promesses, de lubies »...mais avec en plus quelques aumônes....

...Enfin bref...ça changera encore...et il-y-aura de nouveaux Fous...

Dernière modification par MUITOBON (2018-01-10 01:11:36)

Hors ligne

#25 2018-01-10 21:56:33

VASP
Membre

Re : Dossier BRICS

Oui des aumônes seraient évidemment les bienvenues, plutôt que des "coups de gommes a effacer le sourire" pour endormir les sans emplois. Même Stiegler le philosophe a un plan de participation contributive pour tout le 93. Voir ses dernières apparitions sur youtube.

Mais revennons à nos moutons avant la tonte et avant que le yuan ne devienne une monnaie de réserve majeure, la Chine avec ses partenaires veut rattacher le pétrole, dont l'Iran est son principal fournisseur, et toutes les marchandises à l'or, comme cela existait avant le 15 août 1971. Pour cela, le Shanghai International Energy Exchange (INE) a déjà effectué quatre tests d'environnement de production pour les contrats à terme sur le pétrole brut. Ce dernier sera convertible en or physique sur les marchés aurifères de Shanghai ou de Hong Kong. À plus long terme, le pétrole devenant directement lié à l'or plutôt qu'au dollar, il sera possible de réévaluer le prix du métal par rapport à la monnaie américaine, et c'est là où se trouve la clé de changement de système.

J'usqu'ici, la politique de la Chine, qui possède la plus grande partie des bons du Trésor américains, a été d'éviter de provoquer une perturbation de la sphère dollar, préférant ne pas risquer la dislocation du commerce mondial, ce qui pourrait facilement se produire s'il y avait une perte de confiance substantielle dans la monnaie américaine. Mais la belligérance américaine envers elle, liée à certains égards à la Corée du Nord, pourrait être le déclencheur.

Entre les menaces contre les Corée du Nord et l'ingérence en Iran, les États-Unis ne semblent pas vouloir abandonner leur politique. Pékin et Moscou continuent à garder leurs sang-froid, en espérant que Washington ne les pousse pas à mettre sur le marché financier mondial ce qu'ils possèdent comme dollars et bons du Trésor américains, ce qui porterait le coup de grâce à la monnaie américaine. C'est à cette éventualité que Guerman Gref, le PDG de la plus grande banque commerciale de Russie, la Sberbank, dans un entretien accordé au Financial Times, a fait allusion en déclarant que:

«tout nouveau durcissement des sanctions antirusses, y compris l'exclusion potentielle des banques et des entreprises russes du système de paiement SWIFT [le réseau mondial de services de messagerie financière sécurisés, ndlr] aurait un effet tellement dévastateur qu'il ferait passer la guerre froide pour un jeu d'enfant».


En effet, le Trésor américain devrait présenter son rapport sur de nouvelles sanctions contre la Russie au Congrès dès février 2018, souligne le Financial Times, bien qu'elles soient extrêmement dommageables pour son allié qu'est l'Europe, qui suivrait probablement la logique américaine.

De son côté, lors du sommet des BRICS en septembre 2017, Vladimir Poutine a insisté sur «les inquiétudes des pays des BRICS par rapport à l'injustice de l'architecture financière et économique mondiale qui ne peut pas tenir dûment compte du poids croissant des économies émergentes», tout en soulignant la nécessité de «surmonter la domination excessive d'un nombre limité de monnaies de réserve».

Qu'apportera l'évolution future de la situation?

D'importants pays commencent à rejoindre la dynamique de dédollarisation. Le Venezuela, possédant les premières réserves mondiales de pétrole et allié de l'Iran dans l'OPEP, a enclenché la publication d'un indice des prix de l'or noir libellé en yuan. Si celui-ci est rejoint par d'autres États exportateurs d'or noir comme l'Arabie saoudite, on verrait certainement un déplacement du système pétrodollar vers le yuan.

La Chine peut accélérer le processus en passant à l'échange de biens exclusivement en yuan, déclassant ainsi complètement le dollar comme premier moyen de transaction. Avec la Russie, elles seraient rejointes par l'Iran, qui d'ailleurs aspire à rentrer dans l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), en plus des autres pays des BRICS (Brésil, Inde, Afrique du Sud), ce qui permettra ainsi de constituer un bloc de plus de 43% de la population mondiale.

C'est la perspective de voir se constituer le bloc, cité ci-dessus, échappant complétement à la sphère dollar qui aurait probablement inspiré Washington à développer une rhétorique, à l'égard de l'Iran, qui ressemble à bien des égards à celle qui a justifié l'intervention américaine en Irak. Comme le montrent bien les allégations que Nikki Haley a lancées contre Téhéran à l'Onu, l'accusant d'avoir fourni les missiles aux rebelles houthis chiites du Yémen, utilisés par ces derniers pour cibler la capitale saoudienne, Riyad. Ces allégations ont été catégoriquement rejetées par les autorités iraniennes, niant toute implication dans la fourniture de ces armes, en réaffirmant que le rôle de leur pays était positif dans la région, et que la porte du dialogue et de la diplomatie était résolument ouverte. Espérons que cette voix sera écoutée, afin qu'un nouveau drame soit évité.

Dernière modification par VASP (2018-01-10 22:01:17)

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB

© 2001-2013 abc-latina - Tous droits réservés
abc-latina.com - L' AMERIQUE LATINE sur Internet