Accueil

Le CAJON

Ce sont les esclaves noirs durant la conquête des Espagnols, qui du fond de leur cale se manifestaient en produisant des rythmes qu'ils faisaient résonner sur les caisses de marchandises qui les accompagnaient.
Jusque dans les années 50 le cajon s'est vu transformé, perfectionné jusqu'à trouver la forme qu'on lui connaît actuellement...
Le cajón est une caisse de résonance parallélépipède, de 50cm x 30cm x 30cm (hauteur/largeur/profondeur) en moyenne. La plaque de frappe (devant) est plus fine que les autres côtés, ce qui permet une élasticité et une résonance propre au cajón. Au dos, un trou d'environ 10cm de diamètre permet la sortie du son (même effet qu'un event de décompression d'une enceinte de sono). Un timbre situé sous la plaque supérieure vibre lors de la frappe de l'instrument. Il permet de différencier les cajones, tout en donnant au son cette ressemblance à la caisse claire de la batterie. 
On joue du cajón en étant assis dessus, mais certaines personnes l'utilisent bloqué à plat entre les jambes (comme un djembé) ou encore posé sur un socle devant soi.
Différents sons se situent sur diverses parties de l'instrument, en allant du haut vers le centre on obtient des sons du plus aigü au plus grave.
Le cajón peut se jouer avec les mains mais aussi les talons (des pieds). Une technique consiste à poser le pied sur la table de frappe de haut en bas pour modifier le son pendant que l'on joue avec les mains.
D'apparence rudimentaire, il offre de multiples combinaisons sonores s'adaptant à tous les genres musicaux même s'il reste l'instrument phare des musiques latines
Le cajon et la cajita ne sont pas des instruments musicaux communs et si, paradoxalement, les conquistadores n'avaient pas interdit les tambours aux esclaves, la musique afro-péruvienne n'aurait pas connu l'ampleur des rythmes et la singularité des sons qu'on lui connaît aujourd'hui.
 

Instruments de musiques latino-américains

Facebook