Accueil

MASAYA

Masaya, surnommée "la ville des fleurs" par Rubén Darío, est un endroit charmant qu'il fait bon visiter à pied, surtout si vous arrivez tout juste de Managua. Ses rues sont émaillées de bicyclettes et bordées de bâtiments colorés aux toits de tuiles. Il s'en dégage une atmosphère grouillante, rehaussée par le sentiment que tout le monde y a quelque chose à faire ou quelque part où aller. Masaya s'enorgueillit par ailleurs d'une longue histoire à titre d'un des centres de la population indigène du pays.
 
Masaya occupe une place importante dans l'histoire du Nicaragua, et, même si, comme dans le reste du pays, la vie moderne trépidante accorde peu de place à l'histoire, on trouve néanmoins un certain nombre de monuments et de musées commémorant les hauts faits de son passé. L'histoire est gravée dans ses rues, ses édifices et sur le visage de ses habitants. La ville repose dans une région traditionnellement indigène où l'on raconte que les premiers colons ont été vaincus par une agressive population amérindienne.
 
Masaya est reconnue aujourd'hui comme centre d'artisanat, et son marché attire non seulement les visiteurs étrangers, mais aussi des Nicaraguayens venus d'autres régions du pays. Les traditions folkloriques de Masaya sont très profondément ancrées dans l'âme des habitants, et l'on y célèbre tous les mois de petits festivals. Les meilleures journées de festivités demeurent néanmoins les 29 et 30 septembre, pendant lesquelles on peut participer à la Fiesta de San Jerónimo. Des photographies de danseurs masqués prises lors de ce festival sont souvent reproduites sur la page couverture des brochures touristiques.

Facebook