Accueil

L'actualité du Paraguay en 2000

Une fois de plus, le gouvernement du Paraguay a dû faire face à une tentative de coup d'État militaire. Certes, la majorité de l'armée est restée fidèle au président Luis González Macchi, mais cette tentative de putsch sur fond de profonde récession a suscité une véritable inquiétude chez les partenaires du Paraguay au sein du Mercosur.
Après avoir connu une année 1999 particulièrement agitée — l'assassinat du vice-président Luis María Argana avait provoqué une grave crise politique —, le Paraguay a de nouveau été la proie de militaires qui n'ont pas reconnu la légitimité du gouvernement dit d'«unité nationale» du président Luis Angel González Macchi. Le 19 mai, l'armée paraguayenne a dû faire échec à un soulèvement déclenché par un groupe de militaires. Selon le ministère de la Défense, les rebelles s'étaient emparés du siège d'un régiment de cavalerie à 15 kilomètres d'Asunción et d'un centre de commandement de la police. Les mutinés se sont ensuite dirigés vers la capitale. Des coups de feu étaient alors tirés depuis des blindés devant le siège du Parlement. L'annonce de la tentative de coup d'État a provoqué une réaction immédiate de la communauté internationale. Le président argentin Fernando de la Rua, dont le pays est membre avec le Paraguay de l'ensemble régional Mercosur, a appelé au respect des institutions démocratiques au Paraguay. Quant aux États-Unis, ils ont aussitôt condamné le soulèvement militaire.
Cette tentative de putsch est intervenue alors que le pays s'enfonce dans la récession, illustrée par une situation sociale particulièrement tendue, notamment dans les campagnes, où vit près de la moitié de la population. L'agriculture, qui représente un quart du produit intérieur brut et plus de la moitié des exportations, peine à se remettre du passage du cyclone El Niño. À cela se sont ajoutées une mauvaise récolte de coton et la baisse du cours du soja. De plus, les deux grands marchés d'exportation — le Brésil en raison de la dévaluation du real, et l'Argentine en récession — ont absorbé cette année un moins grand nombre de produits qu'en 1999. La conjoncture défavorable au sein du Mercosur — le marché commun du cône sud entre l'Argentine, le Brésil, l'Uruguay et le Paraguay — a affecté les principales branches industrielles du Paraguay : l'agroalimentaire aura connu une année difficile, tandis que les recettes tirées de l'exploitation commune des deux grands complexes hydroélectriques (Itaipù, à la frontière brésilienne, et Yaciretà, à la frontière argentine) ont été considérablement réduites. La baisse des exportations s'est traduite dans les comptes publics : moins de rentrées fiscales et un déficit qui ne cesse de gonfler (près de 3 % du PIB). Quant à la dette extérieure, elle a augmenté de plus de 10 % en un an. Dans ces conditions, l'économie informelle, une des plaies du Paraguay, est loin de cesser son expansion. Ajoutée à une contrebande extrêmement active, elle représente une considérable évasion fiscale qui grève lourdement le budget de l'État.
© Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2002

 L'actualité en  1995  -  1996  -  1997  -  1998  -  1999  -  2000  -  2001 

Facebook