Accueil

APRA

ALLIANCE POPULAIRE REVOLUTIONNAIRE AMERICAINE 
 
Origines du Mouvement 
En 1924, le leader populaire Victor Raul Haya de la Torre créa l’Alliance populaire révolutionnaire américaine (APRA), dont le programme politique, fondé sur les nationalisations et la fédération des nations andines, se déclarait contre les oligarchies nationales et les Etats-Unis. Ce nouveau parti attira rapidement les classes moyennes, principalement constituées de métis et jusqu’alors exclues du pouvoir. Par contre, il attira la haine des militaires et celle de l’oligarchie.
 
L’APRA dans le jeu politique péruvien
Haya de la Torre retourne au Pérou en 1931 pour se présenter à l’élection présidentielle. Mais il est emprisonné durant 15 mois et l’APRA est interdit jusqu’en 1934 puis entre 1935 et 1945. En 1945, José Luis Bustamante y Rivero devient président avec l’appui de l’APRA. En 1948, des dissidents du parti se révoltent à Callao et l’APRA est de nouveau déclaré illégal. En novembre, Manuel A. Odría s’empare du pouvoir et Haya de la Torre doit se réfugier à l’ambassade de Colombie à Lima.
Le parti est autorisé de nouveau en 1956. En 1962, Haya de la Torre se représente à l’élection présidentielle, qu’il remporte mais sans la marge nécessaire pour être élu conformément à la constitution. Une junte militaire annule alors les élections. De nouvelles élections ont lieu en 1963, mais Haya de la Torre est battu. Le parti reste un parti d’opposition jusqu’en 1979. De nouveau autorisé, il obtient la majorité des sièges dans l’assemblée constitutionnelle. Mais les luttes de succession qui font suite à la disparition du fondateur le 2 août 1979 empêchent le parti de concourir efficacement à l’élection présidentielle.
L’élection présidentielle de 1985 voit la victoire de son candidat Alan García Pérez. Le parti accède donc au pouvoir au Pérou jusqu’en 1990 après plus de 50 ans de lutte politique.
 
L’APRA aujourd’hui
Actuellement (2006), le Partido Aprista Peruano est dirigé par le président du Pérou Alan García Pérez. Candidat malheureux en 2001 celui-ci s’est de nouveau porté candidat à l’élection présidentielle du 9 avril 2006 et a été élu avec 55% des voix. Le parti est très présent dans le Nord du pays notamment dans la région de Région de La Libertad, fidèle au souvenir du fondateur né à Trujillo. Il est membre de l’Internationale socialiste et de la COPPPAL , et se positionne aujourd'hui dans une tendance politique social-démocrate. L’hymne du parti est la Marseillaise avec des paroles en espagnol : la « Marsellesa Aprista ».
Les spécialistes s'accordent pour la plupart à dire que l'APRA est le seul parti politique péruvien dans le sens qu'il est le plus ancien existant dans le pays, le Partido Comunista Péruano ayant succombé à la méfiance de la population à l'égard de la gauche créée par le terrorisme du Sentier Lumineux.
Il est donc doué d'une meilleure organisation (géographique, idéologique...) que la plupart des autres partis qui se forment sporadiquement. Il faut néanmoins remarquer que suite au premier gouvernement Apriste du président Alan García ayant plongé le pays dans une crise profonde, les péruviens se sont méfiés de l'APRA jusqu'en 2006 où ils ont réélu García.
 

style="display:inline-block;width:468px;height:60px"
data-ad-client="ca-pub-6612318723670763"
data-ad-slot="2802268915">

Facebook