AMERIQUE LATINE - index    

Forum abc-latina

Discussions sur l' Amérique Latine

Vous n'êtes pas identifié.

  • |

#26 2008-09-19 16:13:56

bahia50
Invité

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

vous  achetez un grand terrain au bresil desertique si possible , tu clotures  bien  l endroit !!! et tu attends  que sa tombe  du ciel .... avec un peu de chance tu pourras recuperer quelques fragments du plus precieux metal au monde venu de l espace!!! les mayas avaient quelque grammes de ce metal magique!!! les conquistador ont cherche , cherche...

#27 2008-09-19 18:01:37

Alexrio
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

Euh....on peut revenir sur le thème?

Du jamais vu, qui aurait cru? Bush donnant à l'Etat une place que le républicains ont toujours rejeté! Reagan revient ils sont devenus fous!

Et le petit SArko. Le "champion" des libéraux français, de Neuilly et tout autour (la France quoi!), le petit nain avec sa Blanche Neige chanteuse, va nous raconter un petit conte qui consistera en fait à nous expliquer pourquoi il appliquera lui aussi la politique des socialistes interventionistes. Au secours Tonton, la gauche revient avec Sarko!

Lula peut se maintenir comme il est. Peut-être juste revenir à ses sources de dangeureux gauchiste syndicaliste.

Qui a dit que le socialisme était enterré?

Alexis

Ps: La bourse revient à des niveaux d'il y a une semaine...comme si rien était? Alors là si c'est le cas on va avoir une bombe qui pète devant nous! (je préfère une bombe qui se la pète!)

Hors ligne

#28 2008-09-19 18:49:53

bahia50
Invité

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

bush parait il va injecter encore !!!1000 milliards de dollards pour couvrir les dettes  c est a mourir de rire!!! alors voila le systeme capitaliste .... tu fait faillite( tu en profite pour faire un max de dollard) et hop l etat eponge tes dettes ... on se fout   de qui ?

#29 2008-09-19 20:10:41

BaRoN NoiR
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

bahia50 a écrit :

bush parait il va injecter encore !!!1000 milliards de dollards pour couvrir les dettes  c est a mourir de rire!!! alors voila le systeme capitaliste .... tu fait faillite( tu en profite pour faire un max de dollard) et hop l etat eponge tes dettes ... on se fout   de qui ?

Etmon cher responsable logistique, tape pas dans les echantillons apres tu vois des diamants !!!!

Ce plan, avec l interdiction de shorter,je sens pas trop, sinon ils laisseraient les shorteurs se ramasser !!! en slip quoi !!! meme GE a demandé à etre placé en non short !!!
Et bien cela promer au moins de l inflation, le pet qui grimpe et ts les métaux...et c est pas la demande non non c est l exces de dollars...pfff l EUR a repris deux cents....BONFINDI

Hors ligne

#30 2008-09-25 00:53:44

Alexrio
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

En tout cas Lula est optimite concernant son pays...à voir! car le brésil est ié à la finance mondiale de manière sans doute dangeureuse pour ce pays...

Lire :

UN CHOC MONDIAL
Sao Paulo : pour Lula, les effets seront "quasi imperceptibles" au Brésil
LE MONDE | 23.09.08 | 14h13


a crise ? Demandez à Bush, c'est la sienne, pas la mienne !" Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, fustige tout ensemble les Etats-Unis, pour leur "lenteur" à réagir, les banques, "ces donneuses de leçons en train de faire faillite" et "le casino du système financier international où certains ont joué à la roulette et perdu". Mais, s'agissant de son pays, il se veut rassurant : "Nous ne permettrons pas que le Brésil soit victime de ces jeux de hasard." Et sans doute un peu trop optimiste lorsqu'il prévoit que les effets de la crise seront "quasi imperceptibles" au Brésil.


La Bourse et la monnaie ont subi la tempête de plein fouet. A Sao Paulo, la plus grande place financière d'Amérique latine a connu ses pires journées depuis le 11 septembre 2001. Son principal indicateur, Ibovespa, a chuté fortement avant de retrouver, cinq jours plus tard, son niveau antérieur. La monnaie, le real, a accéléré sa baisse, commencée depuis quelques semaines, face au dollar. La devise brésilienne a perdu tous les gains accumulés depuis janvier.

Le Yo-Yo de la Bourse n'est pas dramatique. Le marché n'avait cessé de grimper depuis 2004. Ses progrès enregistraient les bonnes performances de l'économie. L'indice avait atteint un sommet en mai avant de redescendre de 30 %. Nombre de valeurs, hier artificiellement gonflées par l'euphorie du marché local, étaient et restent excessives. Pour les experts, la crise actuelle offre l'occasion d'une correction salutaire. La Bourse s'autonettoie, apure ses valeurs et permet à ses acteurs de consolider leurs assises. La majorité des entreprises cotées ayant les reins solides, le marché devrait peu à peu prendre une nouvelle vigueur.

La fragilité de la monnaie est plus inquiétante. Beaucoup la jugeaient surévaluée, mais regrettent la façon dont elle s'est affaissée, victime d'une fuite des capitaux. Contraints de retirer leurs gains au Brésil pour couvrir leurs pertes ailleurs, les investisseurs ont de facto provoqué la chute du real.

Cette attaque a mis en lumière la vulnérabilité du Brésil, devenu très dépendant des mouvements des fonds spéculatifs à court terme. Ces fonds représentent le triple du montant, pourtant très confortable - 208 milliards de dollars (142,5 milliards d'euros) -, des réserves en devises du pays.

La croissance du PIB avait atteint 5,4 % en 2007. Estimée à 4,6 % en 2008, elle devrait plafonner entre 3 % et 3,5 % en 2009 si, comme certains le craignent ici, la contraction du commerce mondial entraîne une baisse de la demande des matières premières et des produits agricoles ainsi que de leur prix.

Le Brésil a élargi le cercle de ses clients. Les Etats-Unis n'absorbent plus que 14 % de ses ventes, contre 24 % en 2000, la Chine ayant considérablement accru sa part (11 %). Mais les Etats-Unis et l'Europe achètent encore près de la moitié des exportations brésiliennes. Une quasi-récession chez eux affecterait forcément la balance commerciale brésilienne. Pour l'instant, la plupart des experts croient au maintien d'une demande soutenue des produits agricoles.

La bonne tenue des fondamentaux de l'économie justifie le prudent optimisme des Brésiliens. L'inflation est contenue autour de 4,5 %. Promu "pays sûr" pour les investisseurs, le Brésil est devenu "créditeur" depuis que ses réserves ont dépassé le montant de sa dette extérieure publique et privée. Le crédit intérieur va sans doute se resserrer, mais les banques se portent bien. Leur prospérité reflète un dynamisme interne nourri par l'investissement des entreprises et la consommation des ménages.


Jean-Pierre Langellier (Correspondant)
Article paru dans l'édition du 24.09.08

Hors ligne

#31 2008-09-25 00:57:35

Alexrio
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

Et un autre article sur les investissements au brésil:

   
Atualizado às: 24 de setembro, 2008 - 17h03 GMT (14h03 Brasília)

       
Envie por e-mail           Versão para impressão
Investimentos no Brasil cresceram 84% em 2007, diz ONU

   
Fábrica de alumínio
Alta das commodities alimenta disputa entre governos e empresas
O Brasil foi o país que mais recebeu investimentos externos diretos (IED) na América Latina no ano passado, segundo um relatório da Unctad, o braço da ONU para comércio e desenvolvimento, divulgado nesta quarta-feira.

O país, que tradicionalmente disputa esse título com o México, recebeu US$ 34,6 bilhões de dólares no ano passado, um aumento de 84% em relação a 2006. Os setores que mais se beneficiaram da entrada de recursos foram o de mineração, metalurgia, alimentos e bebidas, refinarias e petroquímicas.

Os mexicanos ficaram em segundo lugar no ranking latino-americano de investimentos, com US$ 24,7 bilhões recebidos – um aumento de quase 30% em relação a 2006, afirma o relatório.

Esses dois países e mais o Chile foram o destino de sete em cada dez dólares produtivos enviados à América Latina e ao Caribe no ano passado, quando a região bateu recorde de recepção de recursos: US$ 126 bilhões recebidos, um aumento de 36% em relação a 2006.

Excluindo-se os centros financeiros offshore, o aumento do investimento produtivo foi até maior: 53%, para US$ 105 bilhões, diz a Unctad.

Recursos naturais

No Relatório sobre os Investimentos no Mundo (WIR, na sigla em inglês), os economistas da Unctad situam o aumento dos investimentos no Brasil e na América Latina no contexto de uma busca por recursos naturais que coloca tanto governos como empresas privadas competindo pelo controle das mesmas reservas.

Os altos preços das commodities – o barril do petróleo oscilou nos últimos dias entre US$ 100 e US$ 120, por exemplo – continuou tornando atraentes os investimentos, mesmo diante de um cenário em que governos adotam medidas para elevar seu controle sobre o setor primário.

Apenas na Venezuela, na Bolívia e no Equador, a entrada de investimentos externos foi muito pequena ou negativa, no que a Unctad interpretou como decorrência das restrições ou incertezas em relação às operações de empresas privadas nesses países.

Na região como um todo, o ambiente de negócios é mais propício aos investimentos externos no setor de mineração, mais aberto à concorrência, do que de petróleo e gás, em que companhias estatais dominam o cenário, segundo o relatório.

Investimentos fora

Outro aspecto destacado no relatório foram os investimentos realizados por países latino-americanos, sobretudo Brasil e México, em outras nações.

Excluindo-se os centros financeiros, o total desta rubrica caiu 43% no ano passado – para US$ 24 bilhões – mas apenas porque voltou a patamares que a Unctad descreveu como "normais".

É que, no ano retrasado, a compra da mineradora Inco pela Vale do Rio Doce (CVRD), no valor de US$ 17 bilhões, havia elevado os investimentos externos a patamares considerados "extraordinários".

   
De forma geral, os dados de investimentos diretos no exterior podem estar subestimando a velocidade da internacionalização das empresas latino-americanas. As companhias latino-americanas, sobretudo do Brasil e do México, agora competem por liderança mundial (em vários setores).

Relatório da Unctad (WIR 08)

Ainda assim, os números de investimento de companhias latino-americanas fora de seus países são maiores do que nos anos anteriores. O Brasil, por exemplo, investiu US$ 7 bilhões no exterior em 2007, o equivalente a quase três vezes a média anual de US$ 2,5 bilhões registrada entre 2000 e 2005.

Já as empresas mexicanas investiram no ano passado 43% a mais do que no retrasado: US$ 8,3 bilhões, de acordo com o relatório.

"De forma geral, os dados de investimentos diretos no exterior podem estar subestimando a velocidade da internacionalização das empresas latino-americanas", afirma a Unctad.

"Isso porque algumas aquisições importantes no exterior não foram registradas como investimentos nos balanços de pagamentos", acrescenta o relatório.

"As companhias latino-americanas, sobretudo do Brasil e do México, agora competem por liderança mundial em indústrias como petróleo e gás, mineração, cimento, aço, e alimentos e bebidas."

"Além disso, além das indústrias tradicionais, novas transnacionais estão aparecendo em setores como software, petroquímica e refino de biocombustíveis", completa o documento.

No mundo, os investimentos externos diretos também bateram recorde: chegaram a US$ 1,8 trilhão no ano passado. Os países desenvolvidos abocanharam US$ 1,25 trilhão e os emergentes, US$ 500 bilhões.

Neste ano, entretanto, a Unctad diz esperar que a crise financeira comece a surtir efeitos sobre a economia mundial, reduzindo a atividade econômica e, portanto, os investimentos externos.

Hors ligne

#32 2008-09-25 08:19:43

axiom
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

une petite trad sur la derniere partie pour les non lusophones ;-) ?

Dernière modification par axiom (2008-09-26 07:36:19)

Hors ligne

#33 2008-09-25 09:05:10

Chiuni
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

Slt mon grand

Y'a qu'à demander. Brut de décoffrage expurgé par Vovô de tutes les balises de contrôle. Bonne lecture.

Modernisé à : 24 septembre, 2008 - 17h03 GMT (14h03 Brasília) ««  ««          Il envoie par courrier électronique           Version pour impression Investissements au Brésil ont grandi 84% dans 2007,  il dit ONU ««  ««      Usine d'aluminium Haute des commodities nourrit dispute entre les gouvernements et sociétés le Brésil a été le pays qui plus a reçu investissements externes directs (IED) dans l'Améri ici Latine dans l'année passée, selon un rapport de l'Unctad, du bras de l'ONU pour commerce et du développement, divulgué ce mercredi. ««  «« Le pays,  que traditionnellement dispute ce titre avec le Mexique, a reçu US$ 34.6 milliards de dollars dans l'année passée, une augmentation de 84% concernant 2006.  Les secteurs qui plus se sont bénéficiés de l'entrée de ressources ont été d'exploitation, de métallurgie, d'aliments et de boissons, de raffineries et pétrochimiques.  ««  «« Les Mexicains sont restés dans seconde place dans les ranking latino-américaine d'investissements, avec US$ 24.7 milliards reçus – une augmentation presque de 30% concernant 2006,  il affirme le rapport. ««  «« Celui-là deux pays et plus le Chili ont été la destination de sept dans chaque dix dollars productifs envoyé à l'Amérique latine et aux Caraïbes dans l'année passée,  quand la région a battu enregistrement de réception de ressources : US$ 126 milliards reçus, une augmentation de 36% concernant 2006. ««  «« En s'excluant les centres financiers offshore,  l'augmentation de l'investissement productif a été jusqu'plus grand : 53%, pour US$ 105 milliards, dit à Unctad.  ««  «« Ressources naturelles ««  «« Dans le Rapport sur les Investissements dans le Monde (WIR, dans le sigle dans Anglais),  les économistes de l'Unctad placent l'augmentation des investissements au Brésil et dans l'Amérique latine dans le contexte d'une recherche par des ressources naturelles qui place tanto les gouvernements comme des sociétés privées en appartenant pied lo contrôle de le mêmes réserves. ««  «« Les hauts prix des commodities – le tonneau du pétrole a oscillé derniers jours entre US$ 100 et US$ 120,  par exemple – a continué en rendant attrayante les investissements, même devant un scénario où les gouvernements adoptent des mesures pour élever leur contrôle sur le secteur primaire. ««  ««

Seulement au Venezuela, en Bolivie et dans en Équateur, à entrée d'investissements externes ce a été très petite ou négative,  dans que à Unctad il a interprété comme résultat des restrictions ou incertitudes concernant les opérations de sociétés privées dans ces pays. ««  «« Dans la région dans l'ensemble,  l'environnement tournés vers le commerce est plus propice aux investissements externes dans le secteur d'exploitation, plus ouvert à la concurrence, dont de pétrole et de gaz, où des sociétés d'état dominent le scénario,  selon le rapport. ««  «« Des investissements sont ««  «« D'autre aspect détaché dans le rapport ont été les investissements réalisés par des pays latino-américains,  surtout Brésil et Mexique, dans d'autres nations. ««  «« En s'excluant les centres financiers,  le total de cette rubrique est tombé 43% dans l'année dernière – pour US$ 24 milliards – mais seulement parce qu'il a tourné à des plates-formes lesquelles à Unctad il a décrites comme «« ; normais»« ;. ««  «« C'est que, dans l'année retrasado,  l'achat de la mineradora Inco par Vale de Rio Sucrée (CVRD), dans la valeur d'US$ 17 milliards, avait élevé les investissements externes à des plates-formes considérées «« ; extraordinários»« ;.  ««  ««      De forme générale, les données d'investissements directs à l'extérieur peuvent être en sous-estimer la vitesse de l'internationalisation des sociétés latino-américaines.  Les sociétés latino-américaines, surtout du Brésil et du Mexique, maintenant appartiennent par direction mondiale (dans plusieurs secteurs). ««  «« Rapport de l'Unctad (WIR 08) ««  «« Encore ainsi,  les nombres d'investissement de sociétés latino-américaines excepté de leurs pays sont plus grands de ce que dans les années précédentes. Le Brésil, par exemple, a investi à US$ 7 milliards à l'extérieur dans 2007,  l'équivalent les presque trois fois la moyenne annuelle d'US$ 2.5 milliards enregistrée entre 2000 et 2005.  ««  «« Déjà les sociétés mexicaines ont investi dans l'année dernière 43% où dans la retrasado : US$ 8.3 milliards, conformément au rapport. ««  «« «« ; De forme générale,  les données d'investissements directs à l'extérieur peuvent être en sous-estimer la vitesse de l'internationalisation des sociétés latino-americanas»« ; , il affirme à Unctad.  ««  «« «« ; Cela parce que quelques acquisitions importantes à l'extérieur n'ont pas été enregistrées comme des investissements dans les équilibres de pagamentos»« ; , il ajoute le rapport.  ««  «« «« ; Les sociétés latino-américaines, surtout du Brésil et du Mexique, maintenant appartiennent par direction mondiale dans des industries mange du pétrole et du gaz, de l'exploitation, du ciment, de l'acier,  et aliments et boissonss.»« ; ««  «« «« ; En outre, outre les industries traditionnelles, nouvelles transnationales ils apparaissent dans des secteurs mange du logiciel, pétrochimique et du raffinage de biocombustíveis»« ; ,  il complète le document. ««  «« Dans le monde, les investissements externes directs aussi ont battu enregistrement : sont arrivées US$ 1.8 trillion dans l'année dernière. Les pays développés abocanharam US$ 1, les 25 trillion et émergents, US$ 500 milliards. ««  «« Dans cette année, néanmoins, à Unctad il dit d'attendre que la crise financière commence à occasionner des effets sur l'économie mondiale,  en réduisant l'activité économique et, donc, les investissements externes. ««  ««

Hors ligne

#34 2008-09-26 07:37:21

axiom
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

merci vovo :-)

alex :

tres interessant tout ça, ça confirme ce que je dis depuis longtemps sur abc sur le real fort ainsi que
les risques de la demande industrielle sur les MP.

"et 3,5 % en 2009 si, comme certains le craignent ici, la contraction du commerce mondial entraîne une baisse de la demande des matières premières et des produits agricoles ainsi que de leur prix."

mais philbec je crois avait expliqué ( hors agro ) qu'en % des exportations c'etait peanut
alors le bresil peut il faire l'economie d'une mevente a venir sur les MP ?
   

Chico brasil
    Membre

Re: 180 USD le barril ? et moi et moi et moi ;-)

Le post de départ concernait le prix du pétrole smile, il va falloir que l'on recadre le forum et que l'on se remette à parler du Brésil, de ses richesses, des ses pauvretés yikes   

En analysant à moyen terme, ma vision du futur sera la suivante  smile

retour du baril sous les 80 USD pour bientôt, les voyants sont au vert pour une redescente rapide.....quand au Brésil, il devrait voir sa croissance se ralentir pour 2009 smile

Hors ligne

#35 2008-09-29 09:35:32

axiom
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

alors ? personne pour recentrer le debat sur le bresil ??

Hors ligne

#36 2008-09-29 15:33:29

Alexrio
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

Axiom,

c'est je pense qu'il s'agit d'un coup dur pour ceux qui avaient parié pour un euro à 2 R$, Bovespa en hausse, spéculer sur le pétrole et MP,....alors que tout indiquait le contraire!

Parier ou spéculer de manière pas très saine sans tenir en compte de la réalité économique malgré la crise de subprimes n'a pas été un bon choix, comme je l'avais indiqué il y a un an sur le topique "Chute de la Bourse, chute du real?"

C'est pour ça je pense qu'il faut se demander si le système capitalisme n'est pas en train de s'éffondrer et donc faire gaffe comme citoyens des choix que vont prendre nos élus.

Hors ligne

#37 2008-09-29 20:31:42

Alexrio
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

Crack de la bourse de SP et NY

DÓLAR    VENDA    COMPRA
Comercial    1,968    1,966


EURO    VENDA    COMPRA
Euro x Real    2,8477    2,8448


Après le rejet du Plan Paulson par les Représentants US.
comment interpreter ce rejet? je vous recommande de lire ceci : http://www.michaelmoore.com/words/messa … php?id=235

Hors ligne

#38 2008-09-30 14:44:08

atlante
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

et ben, passé la barre des 3 reais/Euro ça va redevenir interessant d'acheter au Brésil ... 

Guarana, ta maison tu la mets en vente en real fixe ou en euro fixe ?

C'est juste pour plaisanter guarana ...   c'est bien une chose qui ne doit pas être facile a décider en ce moment si tu comptes la vendre à un étranger.

Hors ligne

#39 2008-09-30 16:54:09

Chico brasil
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

En regardant les cotations de fin d'aprés midi....à 18H00 H de Paris, le real vaut 2.70 pour 1 euro.... aprés avoir fait un grand écart à 2.81 à 13H30....   attendons les prochains jours pour tirer des conclusions hâtives sur son évolution.

Aujourd'hui,

z?s=EURBRL=X&t=1d&l=on&z=m&q=l


Sur 1 an
z?s=EURBRL=X&t=1y&l=on&z=m&q=l

Dernière modification par Chico brasil (2008-09-30 16:56:53)

Hors ligne

#40 2008-09-30 18:02:01

caipiXXL
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

hé bé,
ça devient interessant de passer ses euros en reals

Hors ligne

#41 2008-09-30 20:42:57

Alexrio
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

niala_78 a écrit :

hé bé,
ça devient interessant de passer ses euros en reals

et selon ce que j'ai vécu ces 2 derniers années, ça peut changer vite. Profiter des hausses qui durent peu de temps et donc passer quelques euros en reais maintenant.

Je ne sais pas pourquoi je ne peux pas sortir avec ma CB 2 jours après : 1.000 R$...

Hors ligne

#42 2008-10-01 03:22:52

Chiuni
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

Salut Alex

Va voir ce que j'écrivais en réponse à Chico sur les retraits : http://www.abc-latina.com/forum/viewtop … 611#p37611

Hors ligne

#43 2008-10-01 21:21:13

Chico brasil
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

2.66 reals pour 1 euro ce soir, retour peu être sur le support de 2.50....... l'objectif de 2.90 n'ayant pas été cassé, retour en bas smile  pour quelques temps smile

Dernière modification par Chico brasil (2008-10-01 21:21:53)

Hors ligne

#44 2008-10-02 08:20:27

axiom
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

atlante a dit : "et ben, passé la barre des 3 reais/Euro ça va redevenir interessant d'acheter au Brésil ... "

atlante :

oui / au niveau de vie en floride ya pas photo (USA) ;-) pour orange azul
surtout en cas de forte baisse de l'USD car le real suivra !

Dernière modification par axiom (2008-10-02 08:57:07)

Hors ligne

#45 2008-10-02 08:48:53

orangeazul
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

Euh... C'est ou Floride? Au Nordeste aussi?

Hors ligne

#46 2008-10-10 09:13:13

Alexrio
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

LA CHRONIQUE DE FAVILLA
La bulle idéologique

Nul ne connaît encore le volume de la bulle immobilière américaine ni celui de la bulle financière occidentale. Elles restent toujours en partie cachées dans d'insondables rondelles de titrisation qui, à force de titriser du vent, récoltent la tempête. En revanche, la bulle idéologique apparaît en pleine lumière, dans toute son ampleur.

Cette bulle idéologique, la religion du marché tout-puissant, a de grandes ressemblances avec ce que fut l'idéologie communiste. Elles ont régné sans partage pendant plusieurs décennies : sept pour le communisme, presque quatre pour l'ultralibéralisme. C'est lors de la chute du Mur que l'on a découvert l'immensité du mensonge du premier système. On le pressentait, des esprits indépendants et courageux comme Soljenitsyne ou Havel l'avaient écrit depuis longtemps, mais soudain l'empire du mensonge était nu. On comprenait que tout n'avait été que propagande, que tout n'était que rêves frelatés, escroqueries intellectuelles et escroqueries tout court. Une bulle idéologique aux tragiques conséquences bien réelles.

La crise actuelle reproduit un scénario comparable. Depuis la mise en oeuvre, par Ronald Reagan et Margaret Thatcher, de la doctrine de Milton Friedman, le rouleau compresseur idéologique libéral a tout balayé sur son passage. Un grand nombre de chefs d'entreprise, d'universitaires, d'éditorialistes, de responsables politiques ne juraient plus - et avec quelle arrogance ! - que par le souverain marché. Ils avaient réussi à ringardiser Keynes au point de faire croire que même son fameux proverbe selon lequel les arbres ne montent pas jusqu'au ciel était faux. Toute voix dissonante, fût-elle timidement sociale-démocrate en rappelant les vertus d'un minimum de régulation publique, passait pour rescapée de Jurassik Park. Et voici que tout à coup, la vérité apparaît. L'autorégulation du marché est un mythe idéologique, le jeu des acteurs économiques affranchis de toute règle ne converge pas mais, au contraire, diverge gravement, aidé en cela par le naufrage éthique de certaines élites financières. Bref, la doctrine friedmanienne est erronée parce que toute mécanique humaine sans contre-pouvoirs ne tend pas vers l'équilibre mais vers la spéculation, c'est-à-dire vers la déraison. C'est le sage Montesquieu et sa théorie de l'équilibre des pouvoirs qui a vu juste sur la nature humaine, pas les théoriciens du marché intégral.

L'effondrement des marchés fait ainsi figure de chute du Mur pour les fondamentalistes libéraux. Leur bulle doctrinale est nue comme le fut la bulle communiste en 1989. Quand, après tant d'arrogance idéologique productrice de tant d'excès, le moment viendra de reconstruire, il conviendra de doser le bon mélange de libertés, de règles et de contrôles, et se garder de tout esprit de système, car c'est avec des systèmes que l'on crée les rêves les plus fous et les malheurs les plus grands.

Hors ligne

#47 2008-10-10 10:29:26

BaRoN NoiR
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

Attends attends Alex !!! et la crise de 1994 c était aprés Reagan et Thatcher il me semble...
Le coup de l immobilier, c est tout les 15 ans environ...et au Japon oops 90 jamais remis...
Allez je balance ma breve ici aussi cela m a fait trop rire
http://www.mataf.net/forums/La-Petite-H … t7278.html

Hors ligne

#48 2008-10-10 15:27:16

bahia50
Invité

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

quand  l inconsequence des financiers va mettre des millions de gens au chomage en europe et en amerique le capitalisme financier active grandement les nationalismes !!!!  la france que je connais bien ,son peuple a tellement de ressentiment vis a vis de ses tetes oeufs que mai 68 sera une simple manif de quartier compare a ce qui se prepare... enfin je le souhaite vivement!!!

#49 2008-10-11 11:30:54

caipiXXL
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

c'est pas la crise pour tout le monde: http://www.lemonde.fr/economie/article/ … r=RSS-3208

"Le PDG de la Société Générale, Daniel Bouton, a réalisé une plus-value de 1,3 million d'euros en moins de quatre mois, malgré la chute du titre en Bourse"

Hors ligne

#50 2008-10-11 13:13:16

caipiXXL
Membre

Re : 15 septembre, le début de la fin du capitalisme

c'est pas la crise pour tout le monde épisode numéro 2 : http://www.lemonde.fr/economie/article/ … r=RSS-3208

"L'indécent déjeuner à 150 000 euros de Fortis"

les traders vont se faire lyncher si ça continue, on a trouvé un bouc émissaire, eux et les parachutes dorés

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB

© 2001-2018 abc-latina - Tous droits réservés
abc-latina.com - L' AMERIQUE LATINE sur Internet