Accueil

COPAN

TOURISME

Copan est situé dans l'ouest du Honduras, près de la frontière guatémaltèque, au milieu des montagnes recouvertes de végétation, C'est la ville la plus méridionale et probablement la deuxième en importance de la civilisation Maya qui, en huit siècles bâtit près de cent villes pour les abandonner ensuite à la forêt vierge pour des raisons encore inconnues, Ici, on pourra admirer les hiéroglyphes les plus beaux et les plus expressifs de l'Empire maya, Ceux-ci sont sculptés sur les marches des " escalier hiéroglyphique " qui conduit au sommet d'un temple, Les 2500 images-symboles découvertes fournissent assez d'informations pour permettre, selon les archéologues, de jeter suffisamment de lumière sur le mystère des origines, de l'apogée et du déclin des Mayas. Ainsi, on a déjà pu fixer la date de fondation de Copan vers l'an 460 de notre ère. 
 
Les constructions en pierre de cette ville sont éparpillées sur 300.000 m². Celle-ci devait être encore bien plus grande lors de son apogée, car les maisons en pierre étaient réservées à la caste dominante et aux prêtres. Les masses laborieuses vivaient à la périphérie dans des huttes dont il ne reste aucune trace. Sur les cinq places dégagées se dressent 21 stèles, dont certaines atteignent trois mètres de hauteur et sont parmi les plus achevées de la civilisation maya, Taillés dans le calcaire, des visages nobles et dignes sont entourés de symboles richement ornés racontant l'érection de chaque stèle. On y trouve peu de visages grimaçants de divinités, contrairement aux autres villes mayas où les sculpteurs rivalisaient de toute évidence dans la création du masque le plus terrifiant. La stèle B est la plus achevée au point de vue artistique. Elle présente un prêtre vêtu d'un costume d'apparat dont tous les détails restent visibles, des souliers à la coiffe majestueuse en passant par le lourd pagne de cuir, orné de divers masques.
 
Copan fut découvert en 1840 par John Lloyd Stephens, Ce dernier pensait qu'ion fouillait mieux si l'on était propriétaire, Cet archéologue acheta donc tout le terrain pour la somme de 50 dollars. Le vendeur avait fait une bonne affaire, C'était une terre inutile, recouverte de brousse et dont le défrichement aurait coûté plusieurs fois cette somme.
 
A coté des temples se trouve un cenote, un puit sacré, Il s'agit d'un trou de plusieurs mètres de diamètre aux parois verticales, Lors de certaines fêtes, on jetait dans son eau verte des filles et des adolescents richement vêtus pour honorer les dieux, Les autres jours, ce puit servait de toute évidence aussi comme décharge, à la grande joie de Stephens, car des plongeurs retirèrent de sa vase non seulement des bijoux et des objets de culte mais aussi des objets d'usage quotidien, surtout des poteries.

Préparez votre voyage à Copan:

 

Facebook

 
 
view counter