AMERIQUE LATINE - index    

Forum abc-latina

Discussions sur l' Amérique Latine

Vous n'êtes pas identifié.

  • |

#501 2007-05-18 00:48:03

smarty
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

Entretien croisé de Doc Gynéco et Christine Angot par David Reinharc* dans le dernier Israel Magazine

<http://www.israelmagazine.co.il/website … ?rubrique=>

http://www.desinfos.com/IMG/html/Doc_Gy … nharc.html

Dernière modification par smarty (2007-05-18 02:03:58)

Hors ligne

#502 2007-05-18 07:28:09

Mike
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

Il fallait la trouver cet interview Smarty big_smile
Il va pas se faire des amis le Gyneco, après son appui à Sarkozy...
Je le voyais souvent jouer au tennis au Forest Hill d´Aubervilliers, et c´était toujours avec des juifs. (dans un de ces titres qui passait en radio il y a 10 ans environ il disait qu il etait noir juif et communiste).
J´y connais pas grand chose en rap, mais je sais qu´en France la plupart des gens qui en font ou qui en écoutent sont musulmans ou pro-musulmans, juste écouter les lyrics de quelques groupes ça saute aux yeux (ou aux tympans aiii mes tympans sad  )

Il a dit des choses tres vrais, que je confirme. Bravo au Doc Gynéco d´avoir eu le courage de les dire dans ce milieu hostile, antijuif et antisioniste, qu´est le rap français.

Dernière modification par Mike (2007-05-18 15:12:01)

Hors ligne

#503 2007-05-18 07:32:00

Mike
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

Un petit clip qui va faire plaisir a Smarty big_smile :
http://www.youtube.com/watch?v=nd92CYKoU70
regales toi !!!

Hors ligne

#504 2007-05-18 08:02:39

axiom
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

pour une fois, je vais feliciter smarty ... si si ça arrive ! ;-)
un post bien placé, en plein dans le sujet, enfin presque , intéressant ect ... :-)

Entretien croisé de Doc Gynéco et Christine Angot par David Reinharc* dans le dernier Israel Magazine
<http://www.israelmagazine.co.il/website … ?rubrique=>
http://www.desinfos.com/IMG/html/Doc_Gy … nharc.html

mike :

ok avec toi.
pour une fois, le doc n'avait pas du fumer lol
faut croire qu'il a des choses interessantes a dire.

Dernière modification par axiom (2007-05-18 08:47:54)

Hors ligne

#505 2007-05-18 08:24:28

axiom
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

mike :

Un petit clip qui va faire plaisir a Smarty  :
http://www.youtube.com/watch?v=nd92CYKoU70
regales toi !!!

malheureusement, le clip mets bien en scene toute la desesperance et la realité vraie de certains quartiers.
qui sont devenus au fil du temps, et de la mise à l'ecart ,

à peu pres l'identique de ce que tu denonçais sur rio !
en france, les armes circulent mais ne s'affichent pas ... encore ! ? :-(
et pas ... encore de tirs dans tous les coins. ceci dit malgré tout, c'est surement guerre mieux comme ambiance !

quand j'etais etudiant entre 83 et 85, j'ai fait du porte à porte pendant les vacances scolaires.
il y avait deja de la violence mais pas dans de telles proportions !!

... le 93 a voté en grande majorité pour sego : je crois que les reactions si les controles se multiplient pourraient etre encore plus violentes que ce qu'on a connu il y a quelque temps !

bon pas facile à manager tout ça ... !
comme je te disais, porte de st cloud, les soirs de certains match, les forces de l'ordre sont debordées.
on ose meme pas imaginer le quotidien des forces de l'ordre dans les "hots spots".

Dernière modification par axiom (2007-05-18 08:45:13)

Hors ligne

#506 2007-05-18 15:45:32

axiom
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

1 centriste transfuge de l'UDF au gouvernement pourtant celui ci avait bien soutenu bayrou ... au premier tour ;-)

kouchner aux affaires etrangeres.

et MAM à l'intérieur ! va falloir filler droit lol

Dernière modification par axiom (2007-05-18 15:51:55)

Hors ligne

#507 2007-05-18 19:14:51

Mike
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

Axiom
J´ai posté la vidéo, pas pour montrer le quartier et le neuf trois, mais pour rappeler et ¨relembrar¨ aux français qui vivent au Brésil, tout ce petit ramassis de moisissures big_smile C´est sur qu áu bout de 3 ans ça fait un choc.

Apres pour la comparaison Favelas Rio et Cités de banlieue parisienne par exemple, c´est vraiment incomparable.
Si tu viens à Rio, on ira faire un tour vers Vila da Penha ou à coté a Cidade de Deus big_smile tu verras la différence:

Installation précaire de cablage en tout genre, maisons sans eaux,pas toutes certaines, des mecs armés jusqu áux dents à chaques coins de rue, des gens qui sniffent dans la rue devant les gosses, des toits en toles qui tiennent pas, des chiens errants partout, des cerfs volants partout aussi big_smile, des 250 twister trafiqués, des gosses sans Nike Air Shox et meme sans pompes, le tout sous fond sonore de funk à fond.

Je connais la banlieue parisienne, malheuresement j´y ai grandi big_smile dans une ville dénommée S.A.R.C.E.L.L.E.S rss (toute la ville quasiment est une cité), c´est le Club Med comparé à ça, rien à voir.
Les gens se plaignent, ils ont tout !!!!!! Tout était clean et propre au début, ce sont eux même qui ont dégradés leur propre lieu de résidence (normal qu´après l´état ne veule plus investir dans ces quartiers).
Ils ont tous l´electricite, l eau courante, des immeubles certes pas luxueux mais tout de même correct.
Ecoute, ils sont passés de leur babouches et de leurs chêvres à des Nike a 200 euros et à leurs BMW et ça réclame apres ???
Ah vai tomar no.... comme on dit.

Dernière modification par Mike (2007-05-18 19:16:26)

Hors ligne

#508 2007-05-18 20:34:07

axiom
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

mike :

sarcelles, j'y ai bossé quelques jours en 85 : calme en journée
aujourd'hui, je ne suis pas sur d'y retourner 4 heures et pas parceque j'ai 20 ans de plus

... en tout cas pas en voiture !

et sur rio nort ou ouest : pas tres chaud non plus, sauf peut etre du coté de chez tobermory ou c'est calme ! ;-)

Dernière modification par axiom (2007-05-18 22:11:04)

Hors ligne

#509 2007-05-20 18:37:23

axiom
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

ne pas oublier brice hortefeux :

ministre de l'intégration ( hum ! )
et de l'immigration ...

je regardais sur le cable une emission "politique"

quelques chiffres/40 ans en arriere :

entre 20 et 25% de fils d'ouvriers et employés dans de "bonnes ecoles" apres le BAC
... contre apeu pres 8% aujourd'hui

bonjour l'ascenseur social et l'intégration !
il y a donc bien plusieurs " niveaux de BAC" , de niveaux de "culture" de bachotage, de cours particuliers
... et de "localisation scolaire"

auteuil/neuilly/passy ...tel est notre ghetto ;-)

Dernière modification par axiom (2007-05-20 18:53:14)

Hors ligne

#510 2007-05-21 13:43:34

jcender
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

Je poste un extrait de 20 heures pétante,

je pense que ça reprend exactement tous les points des sujets de ce forum. Avec tous les points de vues différents, Charle Aznavour est ici en sage, et autour de lui toutes les personnes qui ont un vécu différent. Chacun de vous se retrouvera dans une des personnes présentent sur ce plateau :-)

A regarder en entier, très instructif

http://www.youtube.com/watch?v=EheUNPgM_dQ

Hors ligne

#511 2007-05-21 16:10:56

axiom
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

bien vu jc ;-)

effectivement, ne pas louper la fin ... tres intéressante.
j'aime bien de comparatif (furtif) aussi sur l'AM du sud ;-)

mais au debut ,
aznavour qui veut allumer le feu LOL
... a que c'est deja pris à la SACEM  !

Dernière modification par axiom (2007-05-21 16:12:48)

Hors ligne

#512 2007-05-21 16:59:00

jcender
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

axiom a écrit :

mais au debut ,
aznavour qui veut allumer le feu LOL
... a que c'est deja pris à la SACEM  !

Bien je pense qu'il a raison après les citations de certains groupes de rap
de dire " c'est pas gentil pour notre pays", et surtout " entre la colère ou la révolte, et dire du mal de son pays c'est pas du tout la même chose"
D'ailleur Kool Shen ne le contredit à aucun moment et l'écoute.

C'est ce que je trouve bien dans cette discussion c'est que chacun donne son avis mais tout en gardant un    argumentaire structuré, et expose son vécu. Tous les points de vus y sont représentés.
Puis le petit clin d'oeil à l'amérique du sud même si c'est chez les voisins argentins ;-)

Hors ligne

#513 2007-05-29 18:44:22

Alexrio
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

Mike a écrit :

Axiom
Si tu viens à Rio, on ira faire un tour vers Vila da Penha ou à coté a Cidade de Deus big_smile tu verras la différence:

Mike, je suis á Rio á partir du mois de juillet (je retourne en France pour voter contre Sarko, ma maniére á moi de RESISTER), et je suis partant pour une faire un tour du cõté des favellas, si tu as des contacts.

Abraços

Alex

Hors ligne

#514 2007-05-30 09:58:46

axiom
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

mike moi aussi fin juin ;-) mais vers villa isabel :-)
c'etait bien là que c'etait tranquille avec vue sur la favellas ?
a plus mike ...

Hors ligne

#515 2007-06-13 22:20:37

smarty
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

Les droites nationales en France aux législatives de 2007.
Mon analyse des résultats.



Le Front National, entre 2002 et 2007 est passé de 11.3% à 4.29% soit un effondrement de près de 60% des voix, une catastrophe électorale comme jamais ce parti depuis ses premiers succès en 1984 aux Européennes n’avait connu. Au milieu de cette débâcle, Marine Le Pen, avec 24.47% des voix dans la quatorzième circonscription du Pas de Calais (Hénin-Beaumont), s’en sort très honorablement, faisant cinq points de plus que son colistier Steeve Briois en 2002 (20.04%), dans un contexte national très défavorable. En étudiant de près les résultats de cette circonscription, on y découvrira pourtant d’étranges anomalies qui me paraissent riches d’enseignement. Le Mouvement National Républicain de Bruno Mégret tombe à 0.38% contre un peu plus de 1% en 2002, alors que dans le même temps le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers fait 1.2%, avec une légère progression, et obtient deux députés en Vendée. Nissa Rebella, la liste identitaire de Nice, s’en sort honorablement, tous ses candidats approchant ou dépassant les 2.5%. Enfin les nationalistes corses, cette fois unifiés, progressent fortement dans leur région.


1- L’effondrement du Front National.


L’Alsace est l’une des régions où le Front National a fait généralement les meilleurs scores, mais en 2007 la situation est très différente. Dans le Bas-Rhin, le meilleur score obtenu est de 7.21% des voix, et en moyenne les candidats perdent 50% des voix obtenus en 2002. Dans la deuxième circonscription, où Robert Spieler (Alsace d’Abord) avait fait 12.84% en 2002, le candidat du FN a fait 4.53%. La chute dans le Haut-Rhin est également spectaculaire, malgré la résistance du couple Binder sur Mulhouse (7.94% pour monsieur, 8.72% pour madame), avec une perte sur la ville de quand même plus de 55%.

En PACA, la chute est également vertigineuse, confirmant la tendance indiquée par les résultats présidentiels. A Nice, où le FN dépassait les 20% dans quatre circonscriptions, et frôlaient de peu ce chiffre dans trois autres, il ne parvient pas, cette fois, à dépasser le score maximal de 8.52% des voix à Menton, et sur la ville, il oscille entre 5 et 8%, avec une moyenne aux alentours de 6. A Marseille, l’effondrement est considérable, avec dans certaines circonscriptions près de 70% de pertes. Durbec atteint péniblement les 8%, et Ravier parvient au score de 11.83%, score estimable donc puisque au-dessus de 10% mais dans une circonscription où le FN avait fait 26% en 2002. Les autres villes symboliques du vote FN présentent une situation analogue, avec seulement 5.95% à Gardanne, 7,38% à Marignane (pourtant mairie de l’ex-FN ex-MNR Simonpierri), 6.61% à Arles. A Toulon (ancienne mairie FN), le FN tourne aux alentours de 7% environ. Enfin, à Avignon il fait 7.79% (contre 19.3% en 2002), 7.84% à Carpentras, et 4.44% à Orange.

En Rhône Alpes, les résultats sont catastrophiques, avec sur Lyon une moyenne inférieure à 4%, et un Bruno Gollnisch à 6.95% des voix, score qui le met en difficulté par rapport aux autres prétendants à la direction du parti. A Villeurbanne même, Poncet (FN) fait 4.63% des voix, contre 14.94% en 2002. A Paris, dans seize circonscriptions sur 21, le FN a un score inférieur à 3%, et dans les cinq restantes, il dépasse de très peu les 3%, ce qui rappelle les scores du MNR il y a quelques années. A Argenteuil, ville où Le Pen avait fait un discours en faveur des « français de branche », le FN fait 5%, et dans la banlieue parisienne, le score est généralement aux environs de ce chiffre.

Outre l’Alsace, l’Est est d’une manière générale défavorable au parti de Le Pen, avec quelques résistances locales, comme Troyes-Est où Bruno Subtil obtient 9.51% des voix, ou encore à Saint-Dizier avec 9.23%. En Lorraine, Jean-Luc Manoury fait 6% à Lunéville, alors que Thierry Gourlot fait seulement 5.7% sur Metz. A Toul, à Saint-Avold, à Thionville, à Pont à Mousson, c’est l’hallali. Dans les Vosges, le FN dépasse les 6% en moyenne, ce qui est honorable par rapport aux autres départements de Lorraine. En revanche, Picardie et Nord-Pas de Calais résistent mieux, comme on pouvait s’y attendre, malgré là aussi des scores médiocres. A Lens, le FN fait 11.63% (contre 24.24%), à Cambrin Eric Iorio fait 9.46% (contre 18.47%), et Carl Lang fait 11.6% (contre 24.26%) à Maubeuge, malgré une excellente campagne ; enfin Christian Baeckeroot, ennemi déclaré de Marine Le Pen, fait 8.2% dans sa circonscription.

Il est également intéressant d’observer les résultats des dirigeants les plus importants du dit parti. Le secrétaire général, Louis Aliot, fait 6.75% des voix, soit un score médiocre et ce malgré la présence de celui-ci sur les media et sa proximité avec Marine Le Pen. Son anti-régionalisme a pu contribuer à le rendre peu populaire dans une région qui tient à son identité. Roger Holeindre, en région parisienne, fait 5.42%, ce qui est conforme aux scores qui y sont enregistrés pour le FN. Martial Bild fait 3.7% à Paris, le meilleur score du FN dans la capitale, alors que Farid Smahi fait un médiocre 2.57%. Jean-Claude Martinez fait 7.41% des voix dans sa circonscription. Bruno Bilde en Champagne-Ardenne atteint de peu les 7%. Louis-Armand de Bejarry fait 1.94% dans une région électoralement sinistrée pour son parti.

En Corse, Olivier Martinelli, qui avait réussi à mobiliser l’électorat en faveur de Le Pen aux présidentielles, dans une région où le parti avait légèrement progressé entre 2002 et 2007, alors que le score s’effondrait dans le reste du pays, avec 15,6% en moyenne en Corse (contre 10.44%, score national), les législatives ne confirment pas. Martinelli ne fait que 4.23% des voix contre 6.88% en 2002.

Ainsi, le FN perd ses plus anciens bastions, ses villes symboles, comme Dreux, où il n’atteint que 7.77% des voix, contre 18.53% cinq ans auparavant. Il s’effondre en Alsace, en Provence, en Rhône-Alpes, des régions habituées à des scores du FN à deux chiffres aux législatives. Dans le Nord-Pas de Calais, même si la perte semble moindre, elle reste pourtant très importante, puisque le score de Carl Lang est 60% inférieur à celui du FN en 2002 dans cette ville. Dans l’Ouest, le FN est laminé, comme il est à Paris, à Strasbourg et à Lyon.

Cette élection laissera des traces durables et on peut fortement douter que ce parti pourra s’en relever. On se souviendra qu’avec près de 11% en 1984, le FN s’était créé un espace politique, au détriment notamment de la droite et du Parti Communiste. Même si les législatives avaient toujours été plus difficiles pour le FN, avec un seuil maximal atteint de 15% en 1997, et minimal de 9,5% en 1988, jamais il n’avait connu de scores aussi médiocres, y compris ses personnalités, à une exception près.


2- L’anomalie Hénin-Beaumont.


Alors que le Front National perdait environ 65% de ses électeurs entre 2002 et 2007, et que tous ses dirigeants tombaient à des scores d’une grande médiocrité, à l’instar de Bruno Gollnisch, Marine Le Pen non seulement résistait dans sa circonscription mais progressait même de cinq points. Sa notoriété médiatique a pu évidemment jouer en sa faveur, mais dans un tel contexte politique, cela paraît étonnant, d’autant plus que ce n’est pas la première fois qu’elle se présente à des élections, et qu’en général ses scores ont été très décevants.

Cette anomalie s’explique davantage lorsque l’on compare les résultats de 2002 et ceux de 2007, et que l’on observe également ce qui se passe dans les circonscriptions voisines. A Hénin-Beaumont en 2002, la droite, qui présentait deux candidats, l’un pour le Parti Républicain, l’autre pour l’UMP-RPR, avait totalisé, et cela sans effet Sarkozy, environ 22% des voix, sa division ayant permise à Briois (FN) d’obtenir avec 20,06% des voix le second score derrière celui du candidat du PS. En 2007, le MoDem ne progresse que d’un point par rapport à l’UDF de 2002, une UDF à l’époque classée indéniablement à droite, et alors que le contexte est plutôt à un recul du parti (7,6% comme score national pour le MoDem). Le MoDem sur Hénin-Beaumont fait 13.24% des voix en 2007 alors que François Bayrou lui-même n’avait fait que 11.5% dans cette circonscription aux présidentielles [où il avait fait un excellent score], et le candidat du PS progresse de deux points dans un tel contexte. Or c’est dans ce cadre là que Marine Le Pen fait 24.47% des voix, donc près de cinq points de plus que le candidat FN précédent, et se retrouve au second tour, certes en ballottage très défavorable, alors que son parti sombre. Et ce résultat lui permet de trôner sur les plateaux TV, de diminuer aux yeux des militants le traumatisme d’un effondrement total, alors que le bilan de Marine Le Pen est loin d’être brillant, et de se placer en tête des successeurs possibles de son père.

Dans le département, l’UMP a fait progresser la droite de près de 9% dans les différentes circonscriptions. A Cambrin, où se présentait son ex-mari Eric Iorio, l’UMP progresse même de treize points, au détriment du MoDem/UDF et bien sûr du Front National. Voici la progression de l’UMP en points sur les autres circonscriptions. +9 dans le 13ème, +7 dans la 12ème, stagnation dans la 10ème en raison d’un candidat extérieur qui fait 12.48%, +9 dans la 9ème, +4 dans la 8ème avec un candidat PS fort et en progression, +13 dans la 7ème, +8 dans la 5ème, +11 dans la 2ème, enfin +14 dans la 1ère. Seuls les 4ème, 6ème et 7ème voient l’UMP stagner, mais dans un contexte d’une progression ou d’une résistance du PS.

Ainsi, à Hénin-Beaumont, si la tendance avait été respectée, le candidat de l’UMP aurait dû faire au moins les 22% de la droite en 2002, si le candidat de gauche faisait un très bon score, alors qu’il ne progresse que de deux points, et probablement aux alentours de 30% sinon. Or le candidat de l’UMP n’a fait que 12.95% des voix, soit dix points de moins qu’en 2002, et on se doute bien que c’est la seule raison qui explique le score de Marine Le Pen, qui selon toute logique aurait dû être éliminée à l’issue du premier tour. Or le candidat UMP n’a fait aucune campagne sur le terrain, ne s’est absolument pas revendiqué du nouveau président élu, et est par ailleurs d’origine nord-africaine. On sait bien que la droite traditionnelle a tendance à proposer à des candidats des minorités visibles des circonscriptions considérées comme perdues. Pourquoi l’UMP n’a-t-il pas présenté à Hénin-Beaumont un candidat qui aurait mené une vraie campagne, alors que dans tout le département, l’UMP a investi et ainsi a nettement progressé ?

Ce qui s’est passé c’est que l’électorat de droite a préféré voter pour Marine Le Pen que pour le candidat proposé par l’UMP, sans doute en raison des origines de ce dernier, et sans doute aussi parce que celui-ci n’a mené aucune campagne et était donc invisible. L’explication la plus logique c’est qu’il y a eu une négociation entre l’UMP et le FN, voire entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, afin que cette dernière ne soit pas confrontée à une vraie concurrence et puisse ainsi, à l’inverse de la tendance nationale et des scores de son parti, briller, ce qui lui permet naturellement d’être plus forte au sein du FN, ses adversaires étant brisés.

La manœuvre est évidente, Sarkozy souhaite que la fille de Le Pen soit à terme la dirigeante de cette formation, puisque son discours très politiquement correct, en cas d’alliance UMP-FN en 2012 [mais on devine que comme avec le MSI, le logo disparaîtra et le nom du mouvement changera peut-être], permettrait une coalition de droite, comme en Italie. Les déclarations provocatrices et extrémistes de Jean-Marie Le Pen ne permettaient pas en revanche une telle alliance, et il faudra attendre le départ du vieux chef pour que sa fille puisse faire son aggiornamento, et on devine que son premier geste sera d’aller à Yad Vashem. En attendant, Le Pen annonce des purges et des licenciements. L’opposition interne sera la première visée.


3- Les résultats des autres formations de droite nationale.


Le Mouvement National Républicain de Bruno Mégret connaît lui aussi une perte de près de 66% de voix en cinq ans, puisqu’il passe d’environ 1.1% des voix à 0,38%, un score qui rappelle les 0,29% du MNR aux élections européennes de 2004. Pire encore, cet effondrement coupe la subvention d’état accordée au parti depuis 2002, car le MNR n’a pas réussi à dépasser 1% dans cinquante circonscriptions, alors qu’il était présent dans 379 d’entre elles. Bruno Mégret, dans son ancien fief de Vitrolles, ne fait que 2.03% des voix, le candidat FN, le propre majordome de Le Pen, une provocation évidente de ce dernier, faisait plus de 7%. Son épouse, Catherine Rascovski, dans la région parisienne, ne fait qu’un triste 0.63%, alors que Nicolas Bay, à Sartrouville, parvient à 1.34%, soit l’un des « meilleurs » scores du parti. En Provence, le MNR est totalement laminé de même qu’en Alsace, devancé même par les candidats MPF lorsqu’il y en a. Sans argent, avec un résultat désastreux, le MNR pourtant continuera d’exister par la persévérance, insensée, de son dirigeant.

Le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers a réalisé un score de 1.2% des voix, soit une légère progression, puisqu’il fait 0.8% en 2002, auquel il faudrait peut-être ajouter les 0.3% du RPF de Pasqua. Les scores sont extrêmement faibles, sauf dans certains bastions ou grâce à certains candidats. En Vendée, deux MPF sont élus avec le soutien de l’UMP, Véronique Besse (60.96%) et Joël Sarlot (52.12%), les députés sortants. Alexandre Varaut, à Bobigny, réussit à obtenir 8,11%, Jérôme Rivière (proche du MPF) fait 9.84% à Nice I, Guillaume Peltier à Tours I fait 5.92%. L’ex-FN ex-MNR et désormais MPF Philippe Adam réalise le score de 2.5% à Salon de Provence. Enfin, Jacques Bompard, maire d’Orange, ex-FN devenu MPF, réalise le bon score de 19.72%, alors qu’il faisait toutefois 34% lorsqu’il était candidat du FN en 2002, mais témoigne d’une formidable résistance dans la région.

En Corse, les listes nationalistes s’en sortent très honorablement. A Ajaccio, Poli fait 10.51% des voix (contre 3.1% pour l’ensemble des nationalistes en 2002). A Santène, ils font 7.79% (contre 0.92% en 2002). A Bastia, ils font 6.29% (contre 0.48%) et enfin à Corte, Gilles Simeoni fait l’excellent score de 13.5% (contre 8% environ en 2002). Parmi les nationalistes, eux seuls ont des raisons de se réjouir, ainsi sans doute que les Identitaires de Nissa Rebella.

J'ai mis du temps à vous la poster, je réunissais toutes les infos.

Hors ligne

#516 2007-06-13 22:27:53

smarty
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

Excellente analyse d'Askolovitch:

http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/paruti … e_Pen.html

Avec en plus un lien pour vous informer ce que coûte en france l'invasion extra-européenne.
Vous allez pleurer !!!

http://www.polemia.com/pdf/colloque.pdf

Hors ligne

#517 2007-06-18 01:55:50

smarty
Membre

Re : N'oubliez pas de VOTER au Brésil

http://www.lexpress.fr/info/infojour/re … 46909&0000

Citation:
lundi 18 juin 2007, mis à jour à 00:12

Ségolène Royal et François Hollande se séparent

Ségolène Royal a annoncé qu'elle publierait ce lundi un communiqué conjoint avec le premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, confirmant leur séparation.

L'information a été divulguée en milieu de soirée par plusieurs médias en pleine soirée électorale du second tour des législatives.

François Hollande et Ségolène Royal vivaient maritalement depuis près de 30 ans. Ils ont quatre enfants.

"Cette divulgation a été faite dès ce soir malgré mon opposition par certains médias", a déclaré à Reuters l'ancienne candidate à la présidentielle lors d'un entretien téléphonique, sollicité par Reuters.

"Je n'ai fait aucune déclaration ce soir (...) Je ne voulais pas l'annoncer ce soir en pleine élection législative", a insisté la présidente de Poitou-Charentes qui se trouvait à Melle, dans les Deux-Sèvres.

L'officialisation de la séparation "ne devait être faite qu'en milieu de semaine. En conséquence, un communiqué conjoint sera publié lundi matin", a-t-elle précisé, se disant "furieuse" de cette situation.

Ségolène Royal doit passer la journée de lundi en Poitou-Charentes, a-t-on appris dans son entourage.

Contrairement au soir du premier tour, François Hollande, de retour des plateaux de télévision, ne s'est pas montré de la soirée au siège du PS. Dimanche dernier, le premier secrétaire avait accueilli quelques journalistes dans son bureau pour évoquer la stratégie de l'entre-deux tours.

Eric Besson, ancien du PS aujourd'hui membre du gouvernement Fillon, a attaqué le couple dès l'information médiatisée.

"Je suis surpris que cette annonce puisse venir un soir de deuxième tour de l'élection législative et polluer, en tout cas parasiter le débat politique", a déclaré sur France 2 le secrétaire d'Etat à la Prospective et à l'évaluation des politiques publiques.

"De toute évidence", la relation entre François Hollande et Ségolène Royal a "pesé" sur la campagne présidentielle, a-t-il estimé.

"C'est la vie privée des gens. On ne peut rien dire sur un sujet pareil. On compatit parce qu'il n'y a pas de divorce heureux", a déclaré de son côté Jean-Luc Mélenchon.

"C'est une annonce qui contrarie la clarification du résultat de ce soir", a cependant ajouté le sénateur de l'Essonne.

"Cette campagne a été menée par le Parti socialiste et par le premier secrétaire comme toute campagne qu'il a menée, c'est-à-dire avec un engagement total", a défendu de son côté Stéphane Le Foll, directeur de cabinet de François Hollande.

Au siège du Parti socialiste, les responsables revenant des plateaux de télévision refusaient fermement de confirmer ce "problème de nature privée" devant les caméras.

"Je me situe sur le terrain des idées", a déclaré Laurent Fabius, éludant les interrogations sur les conséquences éventuelles de la séparation sur le PS et préférant saluer le "rebond spectaculaire" de la gauche.

"Uniquement sur le plan des questions de fond et des idées", a-t-il ajouté devant l'insistance des journalistes.

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB

© 2001-2018 abc-latina - Tous droits réservés
abc-latina.com - L' AMERIQUE LATINE sur Internet