AMERIQUE LATINE - index    

Forum abc-latina

Discussions sur l' Amérique Latine

Vous n'êtes pas identifié.

  • |

#1 2007-08-31 20:30:55

Alexrio
Membre

Les relations Argentine-Brésil

Les amis,

voici un sujet qui pourait bien être dans rubriques, mais il s'agit bien des relations économiques et business, car connaître le voisin est aussi une manière de faire des analyses pour des éventuels investissement.

Est-ce que, par exemple, étant résident français au Brésil il est possible d'investir en Argentine profitant du Mercosur?  Je sais que l'intégration n'est pas encore au RDV entre ces deux pays mais il me semble que nous sommes en train d'avancer dans ce sens.

Les brésilien "n'aiment" pas les argentins, mythe ou réalité? en tout cas les argentins "aiment" de plus en plus les brésiliens (voir plus bas). Et le gouvernement argentin se rapprochera plus à Brasilia?

Abraços et Vive le Mercosur!

Alexis

Argentina: Brasileiros são 'estrangeiros preferidos' de estudantes, diz pesquisa
http://www.bbc.co.uk/portuguese/reporte … tina.shtml
Plantão | Publicada em 28/08/2007 às 10h52m
BBC

Uma pesquisa inédita realizada com estudantes na Argentina revelou que os brasileiros são os estrangeiros mais aceitos do país.

Segundo o estudo, feito para avaliar a xenofobia entre os estudantes, os brasileiros tiveram maior índice de aceitação (52%) e menor índice de rejeição (30%) numa lista de doze diferentes grupos de estrangeiros.

A pesquisa, que ouviu 5 mil estudantes do segundo grau de 85 escolas públicas de várias províncias do país, foi realizada pelos sociólogos argentinos Ana Lia Kornblit e Dan Adaszko, do Instituto de Investigação Gino Germani, da Universidade de Buenos Aires (UBA).

Em entrevista à BBC Brasil, Adaszko disse que os resultados da pesquisa surpreenderam pelo alto nível de "xenofobia", com percentuais preocupantes, por exemplo, de rejeição a ciganos (67%), judeus (55%), chineses e coreanos (52%) e bolivianos (52%).

Os estudantes receberam listas com as nacionalidades e grupos e três opções de respostas - aceitação, rejeição e indiferença.

Mais de 40% dos estudantes rejeitaram os peruanos, chilenos, paraguaios, americanos e árabes.

Os brasileiros são uma exceção nesta lista, como disse Dan Adaszco: "Acreditamos que, diferente dos outros grupos de estrangeiros, citados na pesquisa, os brasileiros não são vistos como uma ameaça no mercado de trabalho local", afirmou.

"Além disso, há a imagem positiva do carnaval, das férias nas praias brasileiras e o reflexo do que sai na imprensa argentina sobre o Brasil e os brasileiros", completou Adaszco.

Para ele, a pesquisa confirma a fama de "xenofobia" em setores da sociedade argentina. "Nós entendemos que os adolescentes são um reflexo do mundo dos adultos e têm coragem de dizer o que os adultos não dizem", afirmou.

Apesar da fama, Adaszko se disse surpreso com o alto grau de rejeição, de mais de 50%, em relação a ciganos, judeus, chineses e bolivianos.

Segundo o estudioso, existe um "discurso duplo" na Argentina por ser um país que abriu as portas para a imigração, mas não de forma igualitária. "Para muitos, especialmente nos grandes centros urbanos do país, o ideal e aceitável é o europeu e o branco e não o nativo da América Latina", avaliou.

"O latino é visto aqui com desconfiança e até desprezo". Segundo ele, a pesquisa mostrou ainda que o índice de "xenofobia" e "racismo" diminui a medida que aumenta o nível de educação dos pais. "Não é questão de classe social, mas sim que depende do nível de educação dos pais dos estudantes adolescentes", disse.

Na Argentina, no final do século 19 e início do século 20, as principais imigrações foram italiana e espanhola. Nos anos 90, segundo dados oficiais da Direção Nacional de Migrações da Argentina, a maior imigração partiu dos países da região como Bolívia, Peru e Paraguai - os brasileiros são minoria nesse grupo.

A pesquisa de opinião recebeu o Prêmio Ibero-americano em Ciências Sociais da Universidade Nacional Autônoma do México e será premiado, nesta terça-feira, pelo Instituto Nacional contra a Discriminação, a Xenofobia e o Racismo (INADI) da Argentina.

Hors ligne

#2 2007-08-31 23:25:15

smarty
Membre

Re : Les relations Argentine-Brésil

Oui, pour le négocio ou Business, les 2 pays s'adorent du fait que c'est quelques familles riches qui s'entendent fort bien puisque tous descendants d'Européens.
Une poignée de personnes infime en fait.
Au Brésil, en Argentine ou Uruguay, nous sommes bien aimés (Européens).
A vous de faire connaitre vos prétentions de Business, et vous verrez l'accueil.

Hors ligne

#3 2007-09-04 20:04:51

Alexrio
Membre

Re : Les relations Argentine-Brésil

Ce qui m'etonne de ce sondage c'est le rejet contre les non-blancs effectivement. Smarty a raison là-dessus : les blancs seront les bienvenus...tant qu'ils apportent du fric! Seulement, ils semblent que les argentins commencent à apprendre que leur pays se situe bien dans une autre région que le Nord riche.

Ils découvrent les mêmes problèmes que ses voisins.
Ils ont découvert qu'ils ne faisaient plus partie de l'Europe en 1982, lorsque la majorité des pays latino-américains se sont montrés solidaires (hormis bien sûr l'ami de Thatcher, Pinochet), notamment le Pérou (http://politicaenperu.blogspot.com/2007 … kland.html)

Ils ont redécouvert l'Amérique latine en 2001 (http://es.wikipedia.org/wiki/Corralito) lorsqu'ils ont vu comment les investisseurs français, espagnols et autres argentins "patriotes", les "blancs" prirent leur fric et laissèrent le pays dans un état pré-révolutionnaire (http://www.clarin.com/diario/2001/12/31/e-02001.htm).

Les argentins d'origine européenne cherchèrent par tous les moyens à s'expatrier ou plutôt à se "rapatrier" dans le pays d'origine des ses grands parents (voir série http://www.vientosdeagua.com.ar/capitulos.htm) laissant plus d'espace aux argentins d'origine andine ou les immigrés qui font l'Argentine d'aujourd'hui.

D'ailleurs Maradonna est-il blanc? il est plutôt "cholo" métis, comme plusieurs Grands de ce Grand pays latino-américain.

Franchement, cette histoire de blanc, indien, noir, ou rose c'est n'importe quoi. Mais il faut reconnaître que chacun fait partie du pays et ce ne sont pas les familles riches qui marquent des buts pour faire un pays.

Dernière modification par Alexrio (2007-09-04 20:06:13)

Hors ligne

#4 2007-09-05 00:07:30

smarty
Membre

Re : Les relations Argentine-Brésil

Merci tu t'es bien documenté sur le sujet.
Quand vas-tu en Argentine, je sens en toi une envie d'en savoir plus.

Hors ligne

#5 2007-09-06 21:30:32

Alexrio
Membre

Re : Les relations Argentine-Brésil

J'ai déjà visité plusieurs fois BA et hier et j'ai reçu à la maison un Directeur argentin d'une sociéte française à BA.
Je m'interesse en fait à l'Amérique latine en général et le Mercosur en particulier.
Il serait interessant de savoir comment vont évoluer les deux Grands de l'Amérique du Sud!

Hors ligne

#6 2007-09-06 21:53:50

smarty
Membre

Re : Les relations Argentine-Brésil

Le Mercosur est pour l'Europe ce qu'est devenu l'UE, en tout cas c'est l'idée. Les 4 pays fondateurs sont l'Argentine, l'Uruguay, Le Bresil, le Paraguay et depuis peu et venu s y joindre un 5eme pays : Le Venezuela .

Tout comme pour l'UE, il y a des langues de travail qui sont l'espagnol et le portugais, cependant le Paraguay reconnait deux langues officilelles au sein de son territoire, l'espagnol mais aussi le Guarani qui est en fait la langue de la rue, la langue du quotidien, bien plus utilisé que l'espagnol dans ce dernier pays car la majorité des paraguayens sont des guaranis. Et au Paraguay Guaranis ou descendant d'espagnols ou de nouveaux colons, tout le monde parle guarani ! ( 7 millions de paraguayens le parlent plus quelques minorités en Argentine et au Bresil )

C'est ainsi que depuis ce 21 novembre 2006, la langue guarani est entrée comme troisieme langue de travail au sein du Mercosur !

C'est la premiere fois qu une langue precolombienne est reconnu au sein d'un conseil economique international.

En Argentine, Renault est officiellement présent comme constructeur en Argentine depuis novembre 1967, cependant dès 1960 elle aura donné une licence à IKA pour fabriquer la Dauphine (1960) puis la Renault 4 (1963). Entre 1956 et 1967 IKA produira à la fois des modèles de la régie Renault mais aussi des modeles americains et italiens sous licence. A partir de novembre 1967, Renault devient majoritaire dans IKA mais n'impose pas son nom et continue tout de même à produire des modèles americains dans son unité de production de Santa Isabel proche de la ville de Córdoba. Fait exceptionnel, on peut dire donc qu'entre 1967 et jusqu'à 1975 pendant 9 années Renault produira des modéles americains !!!

En 1975, elle imposera enfin sa marque et abandonnera tous les modèles americains. Seule exception pour Renault d'avoir continué un modèle unique sous sa marque et avec son logo jusqu'en 1981 il s'agit de la Renault Torino. Aujourd'hui ( en 2007 ) le site développe uniquement trois modèles Renault. La Clio I, La Megane I, et la Kangoo.

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB

© 2001-2018 abc-latina - Tous droits réservés
abc-latina.com - L' AMERIQUE LATINE sur Internet