Accueil

ECONOMIE - COLOMBIE

Les altitudes qui varient de 0 à 4.500 mètres ainsi que son climat permettent à la Colombie d’avoir une grande variété de cultures. Les fruits comme banane, mangue, agrumes, pêches, prunes, et les légumes tels que laitue, carotte, chou, ail, haricot, s'accompagnent d'une large gamme de céréales : blé, mais, riz, orge, sorgho, seigle, sésame, soja. Le pays cultive aussi la pomme de terre, la canne à sucre, le coton, la noix de coco, le palmier à huile, le tabac, ou encore le café dont la Colombie est le quatrième exportateur mondial. L'élevage des bovins est prépondérant avec environ 25 millions de têtes de bétail et est orienté aussi bien vers la production de viande comme vers l’industrie laitière. Bien que le secteur agricole soit devenu ces dernières années très productif, notamment grâce a l’ouverture aux investissements étrangers ayant apporté la modernisation de l’outil de production, il ne joue cependant plus un rôle dominant dans l’économie colombienne. L’agriculture dont l’élevage occupe 20 % représente aujourd’hui 8,5 % du PIB.

L’activité minière est dominée par l’extraction du charbon qui positionne le pays à la 8eme place mondiale. La Colombie est la première réserve de houille d’Amérique Latine. Disposant également de plusieurs gisements de pétrole et de gaz naturel dont le gaz de schiste, ses ressources en hydrocarbures non conventionnels la placent à la deuxième place en Amérique Latine après l’Argentine. C’est le premier producteur mondial d’émeraudes et le second de nickel. Son sol fournit également de l’or, ainsi que de faibles quantités de beaucoup de minéraux métalliques et non métalliques. Mines et hydrocarbures sont largement exploités par des compagnies étrangères et captent 61 % des IDE du pays avec plus de 13 milliards de dollars d’investissements en 2012. Ecopetrol, société publique a 88 % extrait 60 % du pétrole, le reste étant réparti sur les operateurs privés. Le pétrole représente à lui seul 40 % des exportations. Par ailleurs, auto-suffisant en électricité, le pays possède le deuxième plus grand potentiel hydraulique d’Amérique Latine après le Brésil. La récente privatisation de l´entreprise d’Etat ISAGEN va entrainer des évolutions dans la production d’électricité qui est actuellement essentiellement hydraulique avec 1.912 MW sur un total de 2.212 MW. Les investissements sur plusieurs projets devraient faire passer la capacité totale à 3.100 MW.

Le secteur industriel colombien est dominé par l’agro-industrie et la pétrochimie. L’industrie alimentaire et les boissons participent pour 32 % à l’industrie colombienne et constituent sa première composante. La pétrochimie concerne le raffinage, les produits chimiques et plastiques, ainsi que le caoutchouc. Le groupe Ecopetrol regroupant certaines des plus grosses entreprises pétrolières d’Amérique du Sud est en totalité colombien. Mais des entreprises privées étrangères comme Drumond sont très présentes dans le secteur. Les matériaux de construction, l’industrie du verre, la métallurgie et la sidérurgie, l’industrie pharmaceutique, le textile et la confection sont autant de sous secteurs de qualité. L’ensemble de l’industrie manufacturière qui souffrait de l’appel des capitaux surtout sur le secteur minier et pétrolier est en pleine expansion. Il est le plus diversifié d’Amérique Latine après le Brésil et le Mexique. L’ensemble énergie-industrie représente 36 % du PIB.

Les services représentent 55,5 % du PIB. Outre les grands domaines comme la banque ou les transports, le secteur de la sous-traitance de services ou BPO « Business Process Outsourcing » est l’un des secteurs clés définis par le programme colombien. La sous-traitance de services occupe plusieurs dizaines d’entreprises profitant de l’emplacement stratégique central du pays entre les deux Amériques et de leurs grands centres financiers et d'affaires. Les autres attraits du pays sont dans ses coûts de main d’œuvre, d’accès Internet, de location de bureaux tous très compétitifs par rapport à la région, tout autant qu’une réglementation très incitative. De même le secteur de l'industrie des contenus numériques et audiovisuels est en plein développement. Car il bénéficie à la fois d'un fort potentiel sur le plan de techniques de production, d’une fiscalité intéressante pour les entreprises s’installant en Colombie pour tourner un film, et d’une prise en charge des coûts sous certaines conditions.
Très ouvert économiquement, ayant signé beaucoup d'accords de libre-échange, le pays a cependant pour principal client les USA qui absorbent 36,9 % de ses exportations.

 
INDICATEURS ECONOMIQUES
 

PIB : 369 Milliards USD
PIB/Habitant : 7.919 USD
Taux de croissance du PIB : 4 %
Taux de chômage : 10 %
Taux d'inflation officiel : 2, 4 %

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :
Secteur agricole : 8, 5 %
Secteur industriel : 36 %
Secteur des services : 55, 5 %

Principaux clients en 2012:
Etats Unis ( 36, 9 %), Chine ( 5, 5 %), Espagne ( 4, 9 %), Panama ( 4, 8 %), Venezuela ( 4, 2 %)

Principaux clients en 2012:
Etats Unis ( 24, 3 %), Chine ( 16, 5 %), Mexique (11, 5 %), Bresil ( 4, 8 %), Argentine (4, 0 %)

Echanges avec la france en 2012
Exportations de la France vers la Colombie : 1,131 Milliard d'USD ( %)
Importations françaises de la Colombie : 788 Millions d'USD ( %)

La COLOMBIE en France, Belgique, Suisse et Canada

Facebook