Accueil

SAN CRISTOBAL de LAS CASAS

Située à 2300 m d'altitude dans les montagnes verdoyantes du Chiapas, San Cristobal de las Casas bénéficie d'un climat frais. Fondée en 1528, la ville devint la capital de l'état du Chiapas de 1824 à 1892. Elle doit son nom au dominicain Bartolomé de Las Casas, qui défendit les Indiens contre les excès des colons.
Les riches héritages amérindien et espagnol, ont été peu modifiés au cours des siècles. L'héritage amérindien se fait visible sur les visages, dans les langues et sur les costumes souvent très colorés dans les rues et les marchés. L'héritage espagnol de l'époque coloniale se dénote quant à lui un peu partout, que ce soit dans les pavés typiques ou les clochers d'église. Les villages environnants sont surtout peuplés de Mayas appartenant aux groupes tzotzil et tzettal.
 
L'atmosphère détendue et particulière de cet endroit s'apprécie en se promenant dans ses rues bordées de bas édifices en stuc aux toits recouverts de tuiles rouges. Depuis le zócalo, on peut observer les édifices majestueux, dont entre autres la très grande cathédrale d'inspiration baroque. L'atmosphère devient plus animée à mesure qu'on remonte l'avenue du General Utrilla, bordée de boutiques et de kiosques d'artisanat, à l'approche de l'église de Santo Domingo, dont la façade rosâtre richement ornée est superbement illuminée le soir venu. Son intérieur d'inspiration rococo, rehaussée d'une abondance de feuilles d'or et d'un maître-autel arrondi en bois, en fait l'une des plus jolies églises du Mexique.
Autour de l'église de Santo Domingo, des indiens étalent des objets d'artisanat dans un marché de fortune. Le marché principal, avec sa profusion de produits alimentaires colorés et sa faune humaine tout aussi bigarrée, se trouve un peu plus loin vers le nord. Si vous désirez faire des achats, vous pouvez vous tourner vers les marchés ainsi que vers les boutiques de la rue Real de Guadalupe, à l'est du zócalo, ou de l'avenue General Utrilla, où vous trouverez de beaux tissus typiques de cette région, souvent agrémentés de couleurs très vives : huipites (blouses brodées), châles, vestes, képis, mouchoirs, couvertures, nappes et serviettes. Vous vous verrez aussi proposer des objets en cuir, des céramiques et des bijoux (surtout d'ambre).
Parmi les sites d'intérêt, il convient de mentionner le musée San Jolobil, à côté de l'église de Santo Domingo. Au rez-de-chaussée sont présentés des objets et des vitrines traitant des époques précolombienne et coloniale. Au premier étage sont exposées des uvres d'art de l'époque coloniale et le vrai trésor de ce musée, soit une collection de costumes traditionnels des hautes terres du Chiapas. Na-Bolom, rue Vicente Guerrero, se présente comme un musée et un centre de recherche fondé par deux archéologues danois, Frans et Trudi Blom. Ce couple s'est chargé, durant plusieurs décennies, de contrer les fléaux menacent la jungle Lacandon et ses habitants amérindiens, une lutte qui se poursuit encore aujourd'hui avec l'aide de bénévoles venus de plusieurs pays. Le musée présente la collection d'objets préhispaniques recueillis par Frans Blom ainsi que divers objets et photos illustrant la vie de leurs contemporains. 
 
Dans les environs :
A une dizaine de kilomètres au nord de San Cristobal se trouve le village de San Juan Chamula qui abrite une communauté amérindienne. L'église, centre de culte pour les Indiens chamulas est un parfait exemple du syncrétisme entre croyances catholiques et Mayas.
 
A deux heures de route Tuxtla Gutiérrez, qui se trouve seulement à 532 m d'altitude et à quelques kilomètres de là le fameux canyon del Sumidero, s'enfonce entre ses parois d'une hauteur de 1000 m.
A trois heures de route de San Cristobal de las Casas, près de la frontière guatémaltèque, s'étendent les lacs Montebello.
A quatre heures de route les cascades Agua Azul passent pour être les plus impressionnantes du Mexique.
On pourra aussi visiter les sites archéologiques Mayas de Palenque et Bonampak ainsi que l'extraordinaire jungle des Lancandons.
 
Remarques sur les évenements recents
Aux premières heures de l'année 1994, la ville de San Cristóbal de las Casas a fait la une des rédactions lorsqu'une petite bande de guérilleros en a pris durant une trentaine d'heures le contrôle par les armes. l'Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) a depuis délaissé l'action militaire pour lui substituer une campagne de propagande beaucoup plus efficace. Peu à peu, la vie a repris son cours normal à San Cristóbal, ville tranquille et agréable.

Préparez votre voyage à San Cristobal:

 

Facebook

 
 
view counter